samedi, avril 17
Shadow

RDC: la population rejette les nouveaux avantages aux anciens Présidents élus

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) confectionne deux nouveaux projets de lois qui accordent plusieurs autres avantages aux anciens Présidents élus, et la création de leur secrétariat technique. Un échantillon de la population prélevé dans la commune de Bandalungwa et la société civile dans son ensemble ne veulent plus d’une telle initiative tendant à surenrichir “les déjà plus riches”.

La nouvelle sur les deux nouveaux projets de lois sur la création d’un Secrétariat technique et l’octroi de plusieurs avantages aux anciens Présidents élus, fait jaser.

Les nouveaux projets qui offrent davantage de positions aux anciens Présidents sont sur la table du Conseil des ministres.

Quelques autres avantages y sont prévus, notamment :

  • Payer un secrétariat privé d’un ancien Chef d’État qui sera composé de pas moins de 20 personnes;
  • Payer la femme de l’ancien et les enfants des anciens Présidents élus;
  • Payer tous les enfants d’un ancien Président en cas de décès de leur père. Privilèges de trop

Pourtant, la Loi n°18/021 du 26 juillet 2018, soit 5 mois avant le départ de Joseph Kabila du pouvoir, portant statut des anciens Présidents de la République élus et fixant les avantages des anciens chefs de corps constitués, accorde des avantages rocambolesques aux anciens Présidents élus.

Parmi ces privilèges, il y a :

  • Une pension spéciale actuellement fixée à 670.000 USD;
  • Une allocation annuelle pour services rendus;
  • Les frais de soins de santé, la rente de survie et la rente d’orphelins;
  • Une habitation descente fournie par l’État ou une indemnité de logement;
  • Un passeport diplomatique pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs;
  • Un titre de voyage en business class pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs;
  • Cinq véhicules pour la fonction et pour l’usage domestique, lesquels sont renouvelables;
  • Un service de sécurité doté des moyens logistiques, composé de la garde rapprochée et une section chargée de la sécurité de sa résidence;
  • Un personnel domestique, dont le nombre ne peut dépasser 10 personnes;
  • Des locaux faisant office des bureaux pour lui-même et pour son secrétariat dont le nombre ne peut pas dépasser 6 personnes;
  • Une dotation mensuelle en carburant ;
  • Une indemnité mensuelle pour les frais de consommation d’eau, d’électricité et de téléphone.

Par ailleurs, toujours selon la même loi, tout ancien Président de la République élu jouit de l’immunité des poursuites pénales pour les actes posés dans l’exercice de ses fonctions.

Quant aux actes posés en dehors de l’exercice de ses fonctions, les poursuites contre ce dernier sont soumises au vote à la majorité de 2/3 des membres du Parlement réunies en congrès. Voilà qui enflamme la toile il y a quelques jours.

Plusieurs structures de la société civile dénoncent ces deux nouveaux projets delois et demandent au Premier ministre d’y renoncer.

Des acteurs politiques et un échantillon de la population crient au scandale et ne veulent plus d’une telle gabegie financière. Certains Congolais vont jusqu’à préconiser des manifestations des rues si Sylvestre Ilunkamba n’abandonne pas ces projets qui, aux yeux de la population, n’est qu’une insulte qui s’ajoute à la blessure.

Et les uns et les autres de se demander: “Et le peuple dans tout ça ? “.Ilunkamba doit cesser de tout faire pour plaire à Kabila“, conseille Noël Tiani, économiste, acteur politique et ancien candidat à la présidentielle de 2018.

Bajika Ndeba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *