samedi, avril 17
Shadow

RDC-Sénat : le duel Bijoux Goya-Alexis Thambwe porté devant la Cour de cassation

En RD Congo, la sénatrice Bijoux Goya Kitenge a porté son duel aux couteaux avec Alexis Thambwe, président du Sénat, dans une plainte déposée au Parquet général près la Cour de cassation à Kinshasa/Gombe,  lundi 4 mai 2020.

« L’acte posé par le président du Sénat, Monsieur Alexis Thambwe Mwamba, ne peut rester impuni et constitue une violation flagrante de l’article 14 alinéa 3 de la Constitution de la République. Il va à l’encontre des dispositions de l’article 92 du Règlement Intérieur du Sénat qui stipule que +sont interdites, toute imputation, toute attaque personnelle, toute interpellation d’un Sénateur, toute manifestation ou interruption troublant l’ordre de la séance + », a expliqué à la presse Me Joséphine Lombela, avocate de la sénatrice Goya.

Tout est parti de la correspondance de ce cadre de l’AFDC et Alliés,  élue dans le Haut-Katanga, adressée à Alexis Thambwe Mwamba.

Dans sa lettre du 29 avril 2020, elle lui demande des éclaircissements dans la passation du marché des travaux de réfection de l’hémicycle ; notamment ; le coût global des travaux ayant servi au préfinancement des travaux de l’hémicycle ; le tableau de dépouillement ou d’évaluation des offres ; la justification de l’entreprise retenue ; le nom de l’entreprise qui a gagné le marché ; la composition du dossier de l’appel d’offres ; le nombre d’entreprises ayant répondu à l’appel d’offres.

À la plénière de  jeudi 30 avril 2020, le président du Sénat, plutôt que de répondre aux interrogations contenues dans la lettre, s’est emporté contre la sénatrice. À son tour, Bijoux Goya Kitenge est montée sur ses grands chevaux, affirmant que M. Thambwe « ne mérite pas d’être le président du Sénat ». Déballage des secrets de campagne électorale.

En fait, le président du Sénat a axé sa réplique sur le comportement qu’aurait affiché la sénatrice Goya, alors candidate au poste de questeur du Sénat pendant que les postes étaient en négociations, en des termes peu flatteurs pour Goya.

La plainte de Bijoux Goya

Dans sa plainte déposée plainte contre le président du Sénat, Bijoux Goya cite des « imputations dommageables et injures publiques ». Elle rappelle que le président du Sénat n’a « pas déposé les pièces justificatives demandées pour les travaux réalisés dans +son+ hémicycle ».

Thambwe Mwamba répond à Goya Kitenge

Le 05 mai 2020, le président du Sénat, Thambwe Mwamba, répond à la sénatrice Goya Kitenge, affirmant que « le dossier y afférent est disponible à la questure. Il est constitué de :

-demande d’autorisation spéciale;

-avis de non objection DGCMP (grès à grès, projet de contrat et PPM 2020);

-plan de passation du marché;

-contrat entre la société MODERN construction et Sénat ;

-bon de commande;

-facture proforma;

-demande d’exonération;

-cahier des clauses administratives générales;

-cahier des clauses administratives particulieres;

-identification nationale;

-certificat d’agrément aux ITPR;

-attestation de situation fiscale DGI/DGDA;

-numéro RCCM;

-Statuts de la société;

-attestation de régularité CNSS;

-preuve d’expérience de société en construction;

-état financier de la société.

Il est à noter qu’à la séance plénière de jeudi 30 avril 2020, le président du Sénat, Thambwe Mwamba ne s’est pas prononcé sur le fond des interrogations de la sénatrice Goya Kitenge.

Par Angelo Mobateli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *