mardi, avril 20
Shadow

Nord-Kivu : les enseignants dans la rue pour revendiquer leurs droits

Les enseignants du Nord Kivu viennent de débuter ce vendredi 08 mai à Goma, la marche de protestation pour dénoncer plusieurs mois d’impaiement. Cette manifestation est initiée par la Force syndicale nationale (FOSYNAT) du Nord Kivu, qui a appelé tous les enseignants de la province à descendre dans la rue pour revendiquer leurs droits afin de réveiller la conscience du gouvernement congolais qui semble les oublier.

L’annonce a été faite par le président de ce mouvement syndical, Bahala Shamavu Innocent. Ce dernier a indiqué que cette manifestation concerne tous les enseignants sans distinction des écoles, des religions ou rang social.

Shamavu précise que les professionnels de la craie sont déterminés à marcher pour exprimer leurs doléances au gouvernement provincial du Nord-Kivu, représentant du pouvoir central en province.

Pour certains enseignants, il y a actuellement plus de 7 mois qu’ils n’ont pas perçu leur salaire. Malgré qu’ils ont demandé des prêts à la banque, leur situation sociale ne fait que s’aggraver davantage.

‘‘J’invite tous les enseignants de la ville de Goma sans distinction à participer à la marche. Nous devons réclamer nos droits. S’ils ne veulent pas nous payer, qu’ils préparent une fausse commune où ils vont tous nous enterrer, car nous allons mourir de faim’’, a révélé le président de la FOSYNAT.

Ce dernier conclut que : “les enseignants du Nord-Kivu en particulier et ceux de la RDC en général, sont condamnés à la mort. Nous sommes en Etat d’urgence alimentaire. Nous travaillons depuis le mois de septembre sans aucun sou. Le gouvernement congolais nous a menti en disant que d’ici avril, tout le monde recevra son salaire. Nous avons contracté des dettes à payer avec intérêt, malheureusement jusqu’à présent, aucun sou n’a été débloqué”. Pour le président syndical, rois les enseignants sont dans l’infraction d’abus de confiance envers les banques.

‘‘Cette gratuite est devenue une gravité de l’enseignement. Elle est venue tuer l’enseignement dans notre pays. L’enseignant vit une misère atroce et l’enseignement n’existe plus dans notre pays. Les politiques ont récupéré la gratuité car leur mission était de tuer l’enseignement dans ce pays”, regrette-t-il. Avant de conclure : ” Pour tuer un pays, il faut seulement tuer son médicament », a expliqué Bahala Shamavu Innocent également Porte-parole des enseignants.

La marche prévue suivra l’itinéraire tracé par les responsables de l’organisation. Le coup d’envoi vient d’être lancé à 8 heures devant l’Institut de Goma au centre-ville pour chuter au bureau du gouverneur du Nord-Kivu où un mémorandum sera lu et déposé. Le syndicat s’attend à une mobilisation réussie et à l’encadrement de la police.

Bajika Ndeba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *