vendredi, mars 5
Shadow

RDC : Glencore exclu du Fonds souverain norvégien

Le géant minier Glencore a été exclu du Fonds souverain norvégien, suivi du groupe Anglo American.

Ces exclusions font suite à des mesures adoptées mi-2019 par le parlement norvégien. Celles-ci imposent de cesser d’investir dans des entreprises produisant plus de 20 millions de tonnes de charbon par an ou plus de 10 000 MW d’électricité à partir de cette énergie fossile.

Les anciens seuils d’exclusion, beaucoup plus souples, concernaient les entreprises faisant plus de 30 % de leur chiffre d’affaires.

Par cette décision, le Fonds souverain norvégien vient de se désinvestir de ces entreprises dans lesquelles il possédait 1,2 % du capital du premier et 2,4 % du capital du second. Un signal bien fort de la part d’un acteur majeur de la planète financière ayant des parts dans plus de 9 000 entreprises et contrôlant l’équivalent de 1,5 % de la capitalisation boursière mondiale.

Ces anciens critères avaient protégé jusqu’alors de grandes entreprises aux activités diversifiées, comme les producteurs de minerais ou certains électriciens.

Désormais, aux yeux du Fonds souverain, les mineurs sont à classer au même rang que les producteurs d’électricité sur base charbon et que certains pétroliers. L’électricien RWE, le premier émetteur de CO2 d’Europe, rejoint aussi la liste noire à la faveur de nouveaux seuils.

En 2019, le Fonds avait également exclu 134 entreprises pétrolières, mais pas les majors, un comble pour un pays premier producteur européen de pétrole. Reste le cas de BHP Billiton, le géant australien de la mine.

Contrairement à ses homologues, et alors qu’il produit bien plus de 20 millions de tonnes de charbon thermique par an, il est simplement mis sous observation“, annonce la Banque de Norvège, en charge du Fonds.

L’entreprise de Melbourne bénéficie d’un sursis, étant donné qu’elle a annoncé de lourds investissements pour abaisser ses émissions. Surtout, elle souhaite vendre ses parts dans des actifs charbon.

Le Fonds, qui détient 5 % de l’entreprise australienne, regarde de près l’évolution de cette stratégie avant de prendre sa décision.

Par ailleurs, le Fonds norvégien exclut sept autres sociétés pour des raisons éthiques.

Cela concerne Canadian Natural Resources, Cenovus Energy, Suncor Energy et Imperial Oil en raison de leurs émissions inacceptables de gaz à effet de serre.

Sont concernés aussi, le brésilien Vale et l’égyptien ElSewedy Electric en raison de dégâts graves sur l’environnement ainsi que l’électricien brésilien Eletrobras pour des questions de droits humains à Belo Monte. Des mesures qui augurent un après COVID-19 vert.

Bajika Ndeba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *