vendredi, mars 5
Shadow

L’UNESCO condamne le meurtre du journaliste Said Yusuf Ali en Somalie

Dans un communiqué publié, mercredi 20 mai 2020 à Paris (France), la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay, a condamné le meurtre du journaliste de télévision Said Yusuf Ali, survenu le 4 mai à Mogadiscio, en Somalie.

« Je condamne le meurtre de Said Yusuf Ali et j’appelle les autorités à mener une enquête approfondie », a-t-elle déclaré, avant d’ajouter qu’« il s’agit d’un triste rappel des menaces auxquelles la presse est couramment confrontée ». Audrey Aazoulay rappelle que ce meurtre était survenu au lendemain de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Said Yusuf Ali, reporter à la station de télévision privée Kalsan TV, a été poignardé en pleine rue en tentant de mettre fin à une apparente altercation entre un homme et une femme. Les enquêteurs n’excluent pas qu’il se soit agi d’un traquenard visant le journaliste qui avait notamment fait des reportages sur le recul de la rébellion antigouvernementale.

L’UNESCO promeut la sécurité des journalistes au travers de mesures de sensibilisation mondiale, d’un renforcement des capacités, ainsi que par la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

Pour rappel, l’UNESCO a adopté la Résolution 29 « Condamnation de la violence contre les journalistes », lors de sa 29ème Conférence générale le 12 novembre 1997.

La résolution invite le Directeur général à condamner l’assassinat et toute forme de violence physique commise contre des journalistes comme un crime contre la société. Car, il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression et, par conséquent, aux autres droits et libertés énoncés dans les instruments internationaux et exige des autorités compétentes qu’elles remplissent leur devoir qui est de « prévenir ces rimes, d’enquêter à leur sujet, de les sanctionner et d’en réparer les conséquences ».

Lors de la 26ème session du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) tenue en mars 2008, le Directeur général a été prié d’établir un rapport analytique basé sur les réponses des Etats membres concernés, incluant l’information récente sur les condamnations formulées contre les assassinats de journalistes depuis 2006, et de rendre ce rapport largement accessible.

Depuis 2008, les rapports étaient préparés et soumis tous les deux ans. Ils donnent un aperçu général des cas d’assassinats de journalistes condamnés et leurs suivis judiciaires. Les rapports sont consultables ici.

L’observatoire des journalistes assassinés de l’UNESCO a été développé dans le cadre du  Plan d’action des Nations Unies  sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité qui fournit une feuille de route globale pour la coopération entre toutes les parties prenantes concernées, y compris les organes des Nations Unies, les autorités nationales, les organisations nationales, régionales et internationales et les acteurs des médias.

Le Plan des Nations Unies a été approuvé en 2012 par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies et soutenu dans les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Stanislas Ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *