vendredi, février 26
Shadow

Affaire Kamerhe : rattrapé, le fugitif Daniel Shangalume Nkingi placé en détention préventive

Suspecté dans l’affaire qui oppose le Ministère public au prévenu Vital Kamerhe et consorts pour détournement des deniers publics, le prévenu Daniel Shangalume Nkingi, surnommé Massaro et présenté comme neveu de Vital Kamerhe, se trouve en ce moment dans les mains de la justice après sa cavale au Plateau des Bateke.

Daniel Shangalume Nkingi, dit Massaro, est détenu à la prison centrale de Makala depuis le jeudi 21 mai 2020, après avoir refusé de répondre aux questions du Procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete qui voulait l’entendre sur procès-verbal, le mercredi 20 mai 2020.

Des sources proches de ce Parquet ont indiqué que le prévenu avait d’abord refusé de comparaître. Il est donc resté bouche cousue à toutes les questions lui posées par le magistrat instructeur.

En effet, Daniel Shangalume Nkingi est impliqué pour le rôle qu’il aurait joué dans l’affaire de passation de marchés dont est accusé son oncle Vital Kamerhe, qui est poursuivi pour corruption et détournement des fonds publics destinés au Programme d’urgence de 100 jours initié par le président  Félix Tshisekedi, en mars 2019.

Vu qu’il a usé de son droit de silence devant l’organe poursuivant, le Parquet a donc décidé de le mettre à la disposition du tribunal, en le plaçant sous mandat d’arrêt provisoire à la prison centrale de Makala.

Caché au Plateau des Bateke

En fuite depuis le 14 avril 2020, Daniel Shangalume Nkingi a été arrêté par des éléments de l’Agence nationale de renseignements (ANR), vendredi 15 mai 2020, dans une ferme du Plateau des Bateke, non loin de la ville de Kinshasa.

Il était en compagnie de deux complices, dont son « chargé de mission », Wete Pady Héritier.

Quant aux griefs, les enquêteurs le soupçonnent d’avoir facilité les contacts entre l’homme d’affaires libanais Jammal Samith et son oncle Kamerhe qui se trouve être le directeur de cabinet du président Félix-Antoine Tshisekedi.

En fait, le prévenu Shangalume Nkingi apparaît comme la pièce manquante du puzzle pour reconstituer la chaîne de la relation qui existerait entre les deux principaux accusés, son oncle Kamerhe et le libanais Jammal.

Il est également soupçonné d’être, lui-même, bénéficiaire d’une partie de l’argent détourné, au vu du train de vie qu’il avait commencé à mener, en exposant même des briques de dollars américains sur les réseaux sociaux avant que n’éclate cette affaire.

On espère y voir un peu plus clair à la prochaine audience, fixée au 25 mai 2020. Ce jour-là, il est à s’interroger si Daniel Shangalume refusera aussi de répondre aux questions des juges lorsqu’il sera appelé à la barre avec les autres prévenus.

Chargé d’études !

Dans ce pays où l’on pense d’abord famille au mépris de la compétence, Daniel Shangalume Nkingi occupait un poste qui semblait être taillé sur mesure. Il est « chargé d’études », dans un ministère-clé, celui du Budget, dirigé par le ministre Baudouin Mayo Ma Mbeke, secrétaire général du parti politique Union pour la Nation Congolaise (UNC), de Vital Kamerhe.

Ainsi, le jeune homme a été vu menant un train de vie « trop luxueux »,  avant de disparaître subitement de la circulation le 9 avril 2020, jour où il devait être entendu par le magistrat instructeur du Parquet de Kinshasa-Matete, soit au lendemain de l’arrestation de son oncle Vital Kamerhe.

Un avis de recherche avait alors été lancé pour le retrouver. Dans les couloirs de la justice, on craignait que la volatilisation de Daniel Shangalume dans la nature ne puisse empêcher l’éclatement de la vérité.

Par D. Mupompa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *