mercredi, mars 3
Shadow

Beni : au moins 10 rebelles ADF neutralisés près d’Eringeti (FARDC)

Bel exploit de l’armée congolaise dans la traque des djihadistes de l’Alliance des forces démocratiques (ADF) en région de Beni.

Alors que les violences dont ces derniers sont auteurs ont actuellement pris une ampleur inquiétante, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) annoncent avoir neutralisé 10 d’entre eux, le jeudi 28 mai 2020, à l’issue d’intenses combats qui les ont opposés dans la soirée.

Selon le porte-parole militaire dans la zone, Antony Mualushayi, les offensives qui ont abouti à cette prouesse ont eu lieu près de la localité d’Eringeti, dans le groupement Bambuba-Kisiki, secteur de Beni-Mbau (Nord-Kivu).

Appel à la “vigilance” et à la “dénonciation

Antony Mualushayi note également que “3 soldats congolais ont péri et 3 autres blessés dans les rangs des FARDC“. Mais, rassure-t-il, “l’armée demeure prête à verser de son sang et de sa sueur pour rétablir l’autorité de l’État à Beni, en dépit d’une campagne meurtrière menée par l’ennemi en guise de représailles contre les opérations militaires en cours dans cette partie“.

Il sollicite l’appui des civils, sans lequel les FARDC ne peuvent arriver à détruire ces rebelles qui vivent dans cette région depuis plus de deux décennies. Le porte-parole militaire des FARDC appelle par ailleurs, la population à la “vigilance” et à la “dénonciation” pour participer à sa propre sécurisation.

Une motion en vue contre le ministre de la Défense

Il sied de noter que les violences ADF qui ont commencé au Nord-Kivu, se sont maintenant étendues dans la province voisine de l’Ituri. L’armée estime que, sensiblement affaiblis, ces rebelles tentent de rejoindre l’ancienne provinciale orientale pour se reconstituer, échappant ainsi la force de feu des soldats loyalistes.

Le jeudi 28 mai, les députés élus du Nord-Kivu ont fait part de leur inquiétude à la présidente de la Chambre basse du Parlement congolais, par rapport à cette situation sécuritaire. Ils estiment que, Aimé Ngoy Mukena, ministre de la Défense nationale, a manifesté ses limites dans le rétablissement de la paix à l’Est.

À l’occasion, ces élus du Nord-Kivu annoncent une motion de défiance contre ce membre du gouvernement, une façon pour eux d’attirer davantage l’attention des autorités congolaises sur le pourrissement de la situation au Nord-Kivu et dans l’Ituri.

Charles Mapinduzi Bin Kisatiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *