mercredi, mars 3
Shadow

L’Unicef confirme la résurgence de l’épidémie d’Ebola à l’Equateur

Parmi les cas enregistrés, une jeune fille de 15 ans dans le lot  des cinq victimes de cette maladie mortelle, alors que le pays lutte contre le virus Ebola, la COVID-19 et la rougeole

Le gouvernement de la RDC a confirmé la mort de cinq personnes  dont une jeune fille de 15 ans due à la maladie à virus Ebola, à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Équateur, dans le nord-ouest du pays. Les décès ont eu lieu entre le 18 et le 30 mai mais, n’ont été confirmés que le lundi 1er juin 2020  comme étant liés à l’Ebola.

L’agence onusienne signale dans un communiqué que quatre autres personnes qui ont contracté le virus tous des contacts du défunt, y compris l’enfant d’un des cas décédés sont traitées dans une unité d’isolement à l’hôpital Wangata de Mbandaka.

« L’UNICEF travaille au côté du gouvernement de la RDC et de tous les partenaires dans la réponse à l’épidémie d’Ebola en fournissant des équipements essentiels, en déployant des mobilisateurs communautaires, en fournissant des services d’eau, d’hygiène et assainissement, en soutenant les orphelins et les autres enfants affectés », a déclaré Edouard Beigbeder, Représentant de l’UNICEF en RDC.

« Dans l’épidémie actuelle dans l’est de la RDC, proportionnellement, plus d’enfants sont touchés par rapport aux épidémies précédente d’Ebola. Nous devons donc nous assurer que la prévention de l’infection chez les enfants soit au centre de la réponse en Équateur », a souligné le Représentant de l’UNICEF.

Une équipe sur terrain

L’UNICEF  déploie ce mardi  36  experts    pour travailler avec les partenaires gouvernementaux, les communautés, les psychologues et les travailleurs psychosociaux, et les organisations non gouvernementales pour aider les personnes infectées et affectées par le virus Ebola et pour sensibiliser les communautés aux bonnes pratiques d’hygiène et de comportement afin de prévenir la propagation de la maladie.

L’UNICEF, par l’intermédiaire de son bureau à Mbandaka est sur le terrain pour soutenir les autorités sanitaires en leur fournissant le matériel (pulvérisateurs de chlore, kits de lavage des mains, gants, masques, équipement de protection individuelle) nécessaire pour désinfecter les maisons des personnes décédées et des cas confirmés.

L’agence onusienne reste engagé à soutenir le gouvernement de la RDC dans ses efforts pour contenir cette nouvelle épidémie d’Ebola et limiter son impact sur les enfants. Mais également, elle  continuera à travailler avec les comités d’engagement communautaire pour mener des campagnes de sensibilisation et des séances d’information sur la prévention de la maladie à virus Ebola dans les écoles, les lieux de travail, les églises et les foyers.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance continuera également à apporter un soutien psychosocial aux familles y compris les enfants  touchées par la maladie, et à mettre à disposition de l’eau, et des installations sanitaires hygiéniques dans les communautés, les écoles et les centres de santé.

La réapparition du virus Ebola en Équateur survient au moment où la RDC approchait de la fin de l’épidémie actuelle dans la partie orientale du pays, qui a tué 2 134 personnes et en a infecté 3 317. L’Équateur a connu une courte épidémie de mai à juillet 2018 au cours de laquelle 33 personnes sont mortes et 54 ont été infectées. Le taux de mortalité lié au virus Ebola se situe entre 50 et 60 %, mais peut atteindre 78 % chez les enfants de moins de cinq ans.

En dehors d’Ebola qui vient de surgir dans cette partie du  pays, le Congo Kinshasa lutte également contre le COVID-19, et au 31 Mai 2020, l’épidémie de COVID-19 a touché sept provinces de la RDC, avec un total de 3.195 cas confirmés, indique l’UNICEF dans son document.

GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *