vendredi, février 26
Shadow

Kinshasa : le confinement de la Gombe à la base des échauffourée au marché Central de Kinshasa (VSV)

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) condamne et dénonce, pour la énième fois, les violations des droits humains, consécutive aux mesures préventives de lutte contre la COVID-19.

En effet, mardi 9 juin 2020, des échauffourées ont opposé, le matin, vendeurs et marchands du marché Central de Kinshasa, situé dans la commune de la Gombe confinée depuis le 6 avril 2020, aux agents de la Police nationale congolaise (PNC) commis aux différentes barrières. Ils empêchaient tout accès à ce marché par la population pour s’y livrer à ses activités quotidiennes de survie, dans un pays où les gens vivent au jour le jour.

Le communiqué de la VSV présente un bilan provisoire faisant état de mort d’hommes, notamment, un conducteur de taxi-moto, tué par balles au croisement des avenues Kasaï et Kato, et deux autres personnes qui auraient trouvé la mort par électrocution entre les avenues Belgica et Kasaï, pendant qu’elles cherchaient à se mettre à l’abri des gaz lacrymogènes lancés par les policiers.

Pour la VSV, les mesures préventives de lutte contre la propagation de la COVID-19, qui sont tout à fait salutaires pour la population, ne doivent, en aucun cas et sous quelque prétexte que ce soit, constituer une occasion de répression brutale et violente de la population.

La VSV rappelle aux autorités congolaises qu’autant la population a droit d’être protégée contre la pandémie de COVID-19, autant elle a également droit à la nourriture et aux autres besoins essentiels pour assurer sa survie.

Elle rappelle également aux autorités congolaises que de nombreuses familles, dont les responsables se débrouillaient au marché Central de Kinshasa et dans la commune de la Gombe toujours confinée, meurent en ce moment de faim.

Pendant ce temps, d’autres se sont séparées suite au manque de moyens financiers pour subvenir aux besoins vitaux de leurs membres de famille et de payer le loyer.

” Il est regrettable que les autorités congolaises n’aient pas pensé aux mesures d’accompagnement des mesures préventives pour soulager tant soit peu les conditions sociales de la population congolaise”, regrette la VSV.

Elle pense que les échauffourées de mardi matin, entre les agents de la PNC, d’une part, et les opérateurs économiques du marché Central, d’autre part, constituent un motif fort pour le déconfinement obligatoire et sans délai de la commune de la Gombe. Ce déconfinement doit être du renforcement de l’observance stricte des gestes barrières contre la propagation de la COVID-19.

Avec l’évolution de la propagation de la pandémie en RD Congo, la commune de la Gombe ne constitue plus son épicentre pour qu’elle demeure indéfiniment confinée, tance l’Ongdh.

La VSV demande aux autorités congolaises de diligenter une enquête réellement indépendante sur ces échauffourées ayant causé mort d’hommes, afin d’établir les responsabilités et sanctionner sévèrement leurs auteurs.

L’hôtel de ville de Kinshasa est appelé à prendre en charge tous les frais des obsèques des personnes décédées et à
Indemniser les familles des victimes pour les préjudices subis.

                                              GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *