vendredi, mars 5
Shadow

Burundi : les victimes de la répression de Pierre Nkurunziza réclament justice

Une semaine après la mort du président burundais Pierre Nkurunziza, l’avocat des familles des victimes de la répression de 2015 assure que les procédures à la Cour pénale internationale (CPI) vont se poursuivre.

En effet, des victimes et proches des victimes de la répression de 2015 au Burundi, après la mort du président en exercice jusqu’alors, Pierre Nkurunziza, réclament justice.

Nous avons reçu beaucoup d’interrogations de la part de la population pour savoir ce qu’il en sera à la Cour pénale internationale (CPI)“, explique Me Bernard Maingain, l’avocat des victimes et des familles des victimes de la répression de 2015.

Après la réélection du président Nkurunziza, de nombreuses manifestations avaient eu lieu. Elles avaient été réprimées dans la violence, avec des violations massives des droits humains.

Ces répressions avaient fait 1.200 morts et plus de 400.000 déplacés jusqu’en mai 2017“, selon la Cour pénale internationale.

La CPI avait alors ouvert une enquête sur des crimes contre l’humanité présumés.

GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *