mercredi, avril 14
Shadow

RDC: la famille du juge Yanyi exige une contre expertise médicale internationale

Après une “double autopsie” réalisée sur le corps du juge Raphaël Yanyi, il ressort que celui-ci serait mort d’une hémorragie après avoir reçu un coup sur le crâne, indique un article publié sur le site de la radio publique allemande (DW).

Les proches de ce brave juge Raphaël Yanyi excluent cette thèse et exigent une contre-expertise internationale pour déterminer les circonstances réelles de sa mort.

Le juge Raphaël Yanyi Ovungu est mort dans la nuit du 26 au 27 mai 2020. L’autopsie, dont les résultats ont été présentés par le vice-Premier ministre, ministre de la Justice, Me Tunda Y’a Kasende fait état de l’ hémorragie qui serait à la base de cette disparition.

Mais ses proches mettent ces conclusions en doute et demandent désormais une contre-expertise médicale.

Le juge Raphaël Yanyi Ovungu présidait les audiences du procès Vital Kamerhe et ses coaccusés, dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours de Félix Tshisekedi.

Pour le grand frère du défunt, révérend abbé Patrick Shomba, la thèse présentée par le ministre de la Justice est “peu crédible”.

L’Etat congolais lui avait accordé des gardes pour sa protection et ces militaires n’ont rien dit de ce que le ministre avance comme résultat de l’autopsie“, assure-t-il. “En plus, il ne s’est même pas plaint à sa femme pour dire que quelque chose lui était arrivé.“,s’est – il confié à nos confrères de DW.

L’abbé Patrick Shomba affirme que la famille avait reçu de la part des autorités congolaises une version différente des conclusions des autopsies, avant de découvrir dans la presse, l’explication d’un coup mortel porté sur le crâne.

Le deuxième élément qui nous avait été livré était la présence d’une substance dans son corps et les deux légistes concordaient dans ce sens“, explique-t-il. “Il manquait alors une deuxième partie du rapport qui allait déterminer la nature exact de la substance qu’on avait retrouvé dans son corps. Donc on s’attendait à avoir ce résultat et depuis hier, on apprend, comme tout le monde par voie de presse, ce communiqué du ministre.”, a -t-il martelé.

L’ association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj) par l’entremise de son président, Me George Kapiamba, réclame une contre-expertise réalisée par un laboratoire à l’étranger.

L’ACAJ insiste aussi pour que le parquet soit responsable de l’enquête et de la communication au public.

Nous ne pouvons pas comprendre qu’une enquête qui a été commencée par le parquet voit ses conclusions, établies à la suite de la réquisition du procureur, présentées au public par le ministre“, insiste George Kapiamba.

L’organisation fustige “une entorse grave qui crée le doute quant à l’authenticité du contenu“.

GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *