dimanche, mars 7
Shadow

Journée mondiale des réfugiés : l’ONU déplore le déplacement massif des personnes.

Le déplacement mondial a atteint le chiffre stupéfiant de 79,5 millions de personnes en 2019 – presque le double du nombre de personnes en crise enregistré il y a dix ans – en raison de la guerre, de la violence, de la persécution et d’autres urgences, a déclaré, jeudi 18 juin 2020, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Elle a souligné que ce chiffre représente, désormais, une personne sur 97 sur la planète.

Le dernier rapport du HCR sur les tendances mondiales montre que 8,7 millions de personnes ont été nouvellement déplacées rien qu’en 2019, les pays en développement étant les plus touchés.

« Ce chiffre de près de 80 millions – le plus élevé que le HCR ait enregistré depuis que ces statistiques ont été systématiquement collectées – est bien sûr un motif de grande inquiétude. Cela représente environ un pour cent de la population mondiale. Nous n’avons jamais atteint ce pourcentage très important », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés qui sera célébrée samedi 20 juin 2020.

S’adressant aux journalistes à Genève, le chef du HCR a noté que, bien que la question des déplacements touche toutes les nations, les données montrent que ce sont les pays les plus pauvres qui accueillent 85 % des personnes forcées de quitter leurs foyers.

« Il s’agit toujours d’un problème mondial, un problème pour tous les États, mais qui, malgré la rhétorique, interpelle plus directement les pays les plus pauvres – et non les pays les plus riches », a-t-il déclaré.

De nombreuses situations d’urgence, anciennes et nouvelles, sont à l’origine des flux massifs de personnes, de l’Afghanistan à la République centrafricaine, au Myanmar, avec des points chauds comme la République démocratique du Congo (RDC), le Burkina Faso – et le Sahel au sens large – et les retombées continues en Syrie, après près d’une décennie de guerre civile.

GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *