mercredi, février 24
Shadow

Kasaï Central : les députés désavouent le gouvernement Martin Kabuya

Douze députés provinciaux sur les 33 députés qui composent l’Assemblée provinciale du Kasaï Central ont déposé, lundi 22 juin 2020 au bureau de cet organe législatif. une motion de censure contre le Gouverneur Martin Kabuya et les membres de son gouvernement provincial.

Ils reprochent au gouverneur Kabuya et à son gouvernement de saboter la vision du chefe de l’État en travaillant dans le but d’opposer Félix Tshisekedi à la population du Kasaï Central.

En dehors du non respect des instructions du président de la République, d’autres accusations ont été mises à sa charge et à son gouvernement, dont  la révocation suivie de la nomination des administrateurs des territoires, des maires des villes et des chefs des secteurs, en violation  de la loi.

Ce document dit aussi que le gouverneur Martin Kabuya a mandaté certains membres de son cabinet de percevoir les recettes de la province aux postes de péage, en lieu et place des agents attitrés, a attisé et créé des conflits entre les chefs coutumiers de différents groupements en violation des textes légaux et réglementaires.

Les députés provinciaux reprochent encore au gouverneur du Kasaï Central les arrestations arbitraires, le manque de politique de sécurisation de la population qui conduit à des assassinats et au vol des biens des citoyens, des menaces, des injures et des humiliations à l’encontre des députés.

Suite aux cris d’alerte de notre population, entendu qu’il y a lieu de remédier urgemment à cette situation en prenant une décision stricte et courageuse“, ont – ils dit dans leur document, “les députés provinciaux désavouent et retirent leur confiance au gouvernement provincial dirigé par Martin Kabuya“.

C’est la deuxième motion adressée au gouverneur du Kasaï Central depuis son élection, en avril 2019. La première tentative avait été rejetée suite à une motion incidentielle. 

L’actuelle motion sera soumise au débat en plénière, mercredi 24 juin 2020, comme prévue dans la lettre du président de l’Assemblée provinciale, Patrice Aimé Sessanga. 

Par Jackie Ngolela

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *