mardi, avril 20
Shadow

RDC : la MONUSCO condamne l’assassinat d’un Casque bleu indonésien à Beni

La Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a, dans un communiqué publié, mardi 23 juin 2020, condamné une attaque qui aurait été menée par des rebelles ougandais des ADF contre des Casques bleus de l’ONU à Makisabo, près de Beni (Nord-Kivu), le lundi 22 juin. Une attaque qui a fait un mort et un blessé parmi les Casques bleus indonésiens.

« La Représentante spéciale du Secrétaire général en République démocratique du Congo (RDC) et cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui, condamne l’attaque perpétrée lundi 22 juin 2020 soir par des éléments présumés des ADF contre une patrouille de la Mission à Makisabo, près de Beni, dans le Nord-Kivu, dans laquelle un Casque bleu indonésien a été tué et un autre blessé », indique le communiqué publié par la Mission.

« La Représentante spéciale exprime son émotion et présente ses plus sincères condoléances à la famille du défunt et au gouvernement indonésien. Elle souhaite un prompt rétablissement au blessé », ajoute le communiqué.

La victime de cette attaque participait à la construction d’un pont dans la zone de Hululu. La Représentante spéciale souligne le sacrifice des femmes et hommes Casques bleus qui risquent leur vie quotidiennement loin de chez eux pour protéger les populations civiles et restaurer la paix et la stabilité à l’est de la RDC.

Les pensées de Leila Zerrougui vont aussi aux soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo engagés dans des opérations d’envergure, à leurs familles ainsi qu’à toutes les victimes congolaises des groupes armés qui continuent de sévir à l’est du pays.

Consternation à l’ONU

De leur côté, les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont fermement condamné l’attaque, dans une déclaration faite mardi 23 juin 2020 matin, exprimant leurs plus sincères condoléances à la famille de la victime, aux autorités indonésiennes et aux Nations Unies. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Les membres condamnent « dans les termes les plus forts toutes les attaques et provocations contre la MONUSCO. Ils soulignent que les attaques délibérées visant les soldats de la paix peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international », souligne la déclaration

Elle appelle les autorités congolaises « à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice ».

Selon le Bureau de l’ONU pour les droits de l’homme en RDC, entre début octobre 2019 et fin mai 2020, les combattants des ADF auraient tué, rien qu’au Nord-Kivu, 514 civils, à l’aide de machettes, de haches et d’armes lourdes.

Ils auraient aussi enlevé des enfants. Ils seraient également responsables de 77 morts dans l’Ituri voisin.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *