mardi, mars 2
Shadow

Tshisekedi hausse le ton contre le FCC

La coalition au pouvoir souffre et vit aux soins intensifs, à la lumière de derniers couacs qui ont failli faire déborder le vase. Les événements tristes et déplorables se sont déroulés la semaine dernière, faisant craindre une rupture douloureuse de la coalition.

Dans son adresse à la nation, lundi 29 juin 2020, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a mis en garde ses partenaires de la coalition au pouvoir, les forces politiques de son prédécesseur Joseph Kabila. Ces derniers sont majoritaires au Parlement.

Tshisekedi assure qu’ “aucune majorité politique ou parlementaire, d’où qu’elle vienne, ne peut outrepasser les principes fondateurs de la République ».

Le Président de la RDC laisse entendre qu’il n’accepterait « sous aucun prétexte », une réforme du statut des magistrats très controversée que les députés pro-Kabila veulent faire adopter à l’Assemblée où ils ont la majorité. « Je n’accepterai sous aucun prétexte des réformes dans ce secteur qui, par leur nature et contenu, viendraient porter atteinte à des principes fondamentaux régissant la justice », a-t-il prévenu.

Félix-Antoine estime que les réformes dans ce secteur doivent être dictées, non par le souci d’assurer la protection d’une personne ou d’un groupe de personnes, mais plutôt par le souci d’apporter plus d’efficacité au fonctionnement de la justice.

Un message fort aux partenaires qui ont entrepris des projets visant la réforme judiciaire. Du début à la fin de son discours, Tshisekedi n’a pas cité le nom de son prédécesseur, comme il en avait l’habitude. Pour certains analystes avisés, c’est Félix seul qui dirige le Congo.

Bajika Ndeba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *