dimanche, avril 11
Shadow

Haut-Katanga : quelques agents de l’entreprise minière CDM dénoncent leur licenciement irrégulier

A Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, une entreprise minière dénommée CDM déroge aux règles du droit de travail en mettant à la porte quelques-uns de ses agents. Alors que les autorités du pays ont interdit le licenciement des employés pendant cette période de la crise sanitaire due à la Covid-19, les agents de ce mining se disent être renvoyés irrégulièrement par leur employeur. Ils dénoncent également le montant forfaitaire de 250 dollars américains attribué à titre de décompte final, après avoir été mis en congé technique sans préavis.

« Nous avons été confinés dans l’usine depuis le mois de mars, à la suite de l’État d’urgence décrété par le Président de la République.  Arrivé au mois d’avril, la société a jugé bon de nous mettre en congé technique, moyennant 70 dollars et un sac de farine par agent. Subitement, au début de juillet en cours, nous sommes licenciés sans préavis avec 250 dollars américains comme décompte final. Chose qui dépasse notre entendement car, étant responsables avec des lourdes charges, on ne sait pas comment satisfaire aux besoins de nos familles. Nous lançons ce cri d’alarme en direction des autorités compétentes surtout au Chef de l’État, pour nous faire remettre dans nos droits », a déclaré le représentant de cette équipe qui s’est confié à Medi@plus.

Contacté, le Directeur des ressources humaines de l’entreprise incriminée a démenti la thèse d’une éventuelle « irrégularité » dans la rupture du contrat de ces agents. Car, dit-il, « ces travailleurs étaient engagés l’année passée pour un contrat d’une durée d’un an dont l’expiration a coïncidé avec la crise sanitaire liée à la Covid-19. Donc, il était difficile pour l’entreprise de renouveler ledit contrat.

Par Léon Mbuyamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *