vendredi, février 26
Shadow

Haut-Uélé : la population en colère exige le départ effectif de l’Administrateur du territoire de Dungu

Une vive tension est observée l’avant-midi de ce samedi 11 juillet 2020, dans le territoire de Dungu, province du Haut-Uélé. Pour cause,, la population en colère qui s’oppose à sa réhabilitation, exige le départ de l’Administrateur de Dungu, Lambert Mungito

A Dungu, l’un des territoires de la province du Haut-Uélé, un soulèvement populaire est observé l’avant-midi de ce samedi pour exiger le “départ effectif et sans condition” de l’Administrateur du territoire, Mungito Lambert.

Suspendu au mois de juin dernier, par le ministre provincial de l’Intérieur et Sécurité pour “désinformation” sur la répression des éleveurs Mbororo sur le congolais et autres accusations, Lambert Mungito devrait être réhabilité dans ses fonction ce samedi, après trois mois de suspension par une délégation de l’exéutif provincial.

Cette délégation séjourne à Dungu depuis le vendredi 10 juillet soir, avec pour mission de réhabiliter l’Administrateur suspendu.

Une décision qui n’a pas plu à la population locale qui n’a pas tardé à s’opposer contre cette réhabilitation.

Des arbres sont coupés en route, des banderoles placées dans tous les rond points sur lesquels peut-on lire “le peuple gagne toujours, nous disons non à la réhabilitation de l’administrateur de Dungu

Se référant à l’article 5, 63 et 64 de la Constitution, la population de Dungu décide de manifester pendant trois jours consécutifs (samedi, dimanche et lundi prochain). Ce, pour exiger le “départ effectif et sans condition” de l’Administrateur Lambert Mungito.

Contacter à ce sujet, les coordonnateurs de deux structures de la société civile de Dungu ne jurent que par le départ de Mungito.

Plusieurs griefs lui sont reprochés par ses administrés notamment, son “implication dans l’évasion d’un officier rebelle sud-soudanais; le manque de collaboration avec les organisations de la Société civile et ses collègues; un caractère conflituel; l’insoumission aux ordres de sa hiérarchie et le trafic d’influence“.

Pour garantir sa propre sécurité, la population lui demande simplement de partir.

Le ministre provincial en charge de l’Intérieur et Sécurité du Haut-Uélé, Crispin Alibu indique qu’il s’agit tout simplement de la clôture d’un dossier administratif qui a été ouvert.

Ainsi, il appelle la population au calme. Car, dit-il, “la préoccupation de la population de Dungu constitue aussi la préoccupation du gouvernement provincial du Haut-Uélé“.

Par Caleb Bodio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *