samedi, avril 17
Shadow

Kinshasa : après la marche, vient l’heure des cartons

Le déroulement des marches de jeudi 9 et lundi 13 juillet n’est pas passé inaperçu. Après le carton plein de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa, ce lundi, les analystes ne s’empêchent pas de tirer des leçons. Ce, au terme d’une chirurgie minutieuse de tous les détails de toutes ces marches. Des acteurs aux observateurs neutres, les cartons, comme des arbitres dans un match de football, sont distribués.

En tête de ces réactions, c’est d’abord Jean-Pierre Bemba qui dit sa satisfaction. “Je remercie la population pour sa mobilisation. Il n’y a pas eu de morts, ni des blessés, ni d’actes de pillage. J’espère que ceux qui veulent nous imposer de manière frauduleuse et non consensuelle les animateurs de la Ceni ont compris le message de la population”, a-t-il averti après la marche.

La Police nationale congolaise a eu l’opportunité de jeter des fleurs sur ses hommes qui ont encadré les manifestants. “Calme relatif sur toute l’étendue de la République, aucune perte en vies humaines, alors des fleurs aux éléments de la police nationale congolaise. Toutes les personnes interpellées ont été relâchés à part les kulunas“, s’est vantée la PNC.

Le « chairman » du MLC distribue ainsi des bonbons à ses militants, des cartons jaunes à ceux qui veulent corser les choses. Sa déclaration peut être considéré, à la fois comme un bilan dressé sur la marche et une pique à l’endroit de la marche de l’UDPS de jeudi 9 juillet, au bilan de 6 morts, plusieurs blessés et arrestations et actes de pillages. Le leader du MLC a-t-il donné une leçon aux responsables du parti présidentiel sur l’organisation des marches pacifiques ? Certains observateurs orientent leurs analyses dans ce sens.

« A Kinshasa, Lamuka a administré une belle leçon de non-violence à l’UDPS qui se réclame parti non-violent », se moque un internaute qui ajoute « le bilan de la marche d’aujourd’hui : 0 Eglise vandalisée ; 0 pneu brûlé ; 0 manifestant tué ; 0 policier blessé ou tué ; 0 siège de parti politique saccagé ; 0 téléphone volé ; 0 personnes qui ont pissé sur les photos. Jean-Pierre Bemba a marché avec sa femme et ses enfants ».

Quant à l’opposant Seth Kikuni, la marche d’aujourd’hui a lavé l’image des manifestations pacifiques. « Grâce à la marche d’aujourd’hui, l’image ternie des manifestations pacifiques a été amplement lavée. Des autres marches, nous n’avions retenu que pillages, casses, violences et une citoyenne encouragée à souiller la photo d’autrui dans l’espace public », a-t-il tweeté.

Les tacles des partisans

Un autre internaute note qu’aujourd’hui, l’UDPS a compris que personne n’a le monopole de la rue. « En lançant l’appel à la marche, certains leaders politiques déjà morts ressuscitent. L’adversaire de Fatshi en 2023 n’est pas Kabila mais plutôt Lamuka et l’église catholique », a-t-il scruté en appelant les cadres de l’UDPS à la compréhension mais surtout à une bonne lecture des enjeux.

Les cadres du FCC ne sont pas restés en dehors du débat. Adam Chalwe, membre du PPRD a, par son tweet, salué la discipline du MLC et taclé l’UDPS. « La discipline dont fait montre le MLC à l’opposé des hordes de la Coalition Cach, le jeudi 9, forcerait le respect. Un bémol cependant, on ne peut être républicain et appeler à la désobéissance civile. Le respect des consignes barrières semble avoir été respecté par Jean-Pierre Bemba », a-t-il titillé.

Un tweet qui a généré des commentaires. « L’évidence politico-démocratique est qu’un opposant ait marché paisiblement avec sa famille sous Fatshi, et retourne dans sa demeure. J’apprends à cet homme-là que les manifestations de l’Udps, depuis des années, sont infiltrées et puis, c’est un parti des masses », a rétorqué Achille Mutombo. Et à un autre, Thotho Mabiku de lui demander : « Vous oubliez que c’est cette attitude combattante de l’UDPS du 9 juillet qui a, à mon avis, permis la modération dans les marches d’aujourd’hui. Donc il faut être fier de l’esprit combatif de l’UDPS que de le stigmatiser ».

Un autre tweet a ironisé sur l’éventuelle prochaine du FCC. « Tu es du PPRD et tu commences à faire les yeux doux au MLC? Concentre-toi sur la marche prévue demain pour voir si la mobilisation de plus de 400 partis du FCC sera égale à celle que l’Udps, simple parti a, lui seul, faite ou encore à celle que la vingtaine des partis Lamukiste a faite », a taquiné Christian Balembo.

Quant à l’UDPS, la réussite de la marche de Jean-Pierre Bemba est la preuve que l’UDPS a gagné sa lutte. « Ainsi nous avons instauré la liberté d’expression. Notre lutte a payé. Les Congolais en bénéficient », a tweeté le compte Udps infos.

De toutes ces réactions, la première leçon est claire : il est possible, dans ce pays, de manifester sans enregistrer des morts, des blessés. Pour cela, la discipline des manifestants et des éléments de la Police est plus qu’indispensable. Et pour ceux, la palme d’or revient à l’ancien locataire de la prison de la Haye pour l’éducation des masses. Ce qui lui confère une position volant la vedette aux autres leaders de Lamuka qui n’ont pas marché aujourd’hui. Bemba semble marquer un point dans la bataille du leadership au sein de Lamuka et de l’opposition par ce simple fait d’être à la tête, avec sa femme et ses enfants, de la contestation.

Rif KAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *