dimanche, février 28
Shadow

Fibre optique : le Parquet de Kinshasa-Matete ouvre l’information judiciaire

Le Parquet près de la Cour d’Appel de Kinshasa-Matete a ouvert, mercredi 29 juillet, une instruction sur la gestion des 50 millions USD affectés au projet de la fibre optique en RDC. Cette instruction est une réponse aux multiples appels à une enquête judiciaire lancés par la société civile qui voulait voir clair dans la gestion de ces fonds.

En effet, en mars 2020, l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPTC) a de nouveau octroyé, à la société Liquid Telecom, une licence de construction d’une station d’atterrage de la fibre optique en RDC. Le gouvernement congolais donnait ainsi, au pays, une nouvelle (la deuxième donc) possibilité de connexion Internet haut débit tant vanté.

Ce nouveau contrat a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans les milieux des mouvements citoyens qui exigent une enquête judiciaire sur le premier contrat qui a abouti à un échec. L’enquête sur ce raté enregistré, dans le lancement du projet de connexion de la fibre optique, devait établir les responsabilités : dénoncer les responsables ; établir la lumière sur la destination des fonds.

Depuis 2015, aucune enquête n’a été initiée. Pourtant, 50 millions USD ont sortis du Trésor public. L’ancien Premier ministre Augustin Matata et le Vice-premier ministre, ministre des PT-NTIC, Trymphon Kin-Kiey Mulumba étaient pointés du doigt dans la gestion de ce projet. Ils ont nié toute responsabilité. L’instruction ouverte ce mercredi permettra de révéler les coupables.

Déjà, les réseaux sociaux s’enflamment pour cette enquête, vue comme la concrétisation de l’Etat de droit, cher à Félix Tshisekedi. « On fouine dans le passé sans faire trop de bruits », a lancé un internaute.

Par RK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *