mardi, mars 2
Shadow

Watsa: le gouverneur appelle la population à vaquer librement à ses occupations

La situation sociale est restée tendue, mercredi 29 juillet, à Watsa où les orpailleurs ont manifesté contre la décision du gouverneur leur demandant de libérer un périmètre minier au motif qu’il appartient à la société Kibali Gold Mines.

Le ministre provincial de l’Intérieur, Crispin Alibu Uwete, a établi, dans un communiqué publié ce mercredi 29 juillet, le bilan des échauffourées. Ce, à l’issue d’une rencontre du comité provincial de sécurité élargie aux ministres de la Justice, des Mines , de la Santé ainsi que de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, convoquée par le gouverneur dans sa résidence à Watsa.

Il ressort de ce conseil que les services de sécurité étaient descendus sur le site en vue de négocier le départ des orpailleurs, d’une façon pacifique, du périmètre de Kibali. Après deux heures de négociation, les orpailleurs ont commencé à lapider les membres de services de sécurité (la police et les FARDC).

Crispin Alibu a annoncé que 8 agents de l’ordre ont été grièvement blessés dont 7 policiers et 1 militaire. Ils sont tous internés dans les deux structures sanitaires de la place. Des dégâts matériels ont été signalés entre-autre la casse du sous-commissariat de la PNC Watsa, des motos et d’autres biens emportés par les manifestants.

Il a également indiqué l’interpellation de 18 manifestants dont une femme. Ces interpellés devront être entendus et jugés conformément à la loi.

Le Gouverneur de province, Christophe Baseane Nangaa, a appellé, tout en condamnant cet incident, la population au calme et à vaquer librement à ses occupations.

Le déguerpissement des orpailleurs est consécutif à la rencontre entre les différentes parties au conflit et le gouverneur du Haut-Uéle. Il avait demandé le départ des orpailleurs des sites appartenant à Kibali Gold Mine et le retour aux positions initiales en vue de l’ouverture des négociations, qui devraient aboutir à un consensus devant garantir concomitamment les droits de chaque partie et la paix sociale au sein de la communauté, fortement menacée.

Caleb Bodio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *