samedi, avril 17
Shadow

Prison de Makala: la FBCP plaide pour la démilitarisation de l’administration du CPRK

Le Président de la Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP), Emmanuel Cole, regrette le fait que la prison centrale de Makala, une prison civile, soit dirigée par un militaire alors que les prisons militaires ne sont pas dirigées par des civils.

Nous ne comprenons pas comment une prison civile peut avoir deux directeurs militaires alors que dans les prisons militaires, aucun civil n’est engagé dans l’administration“, s’interroge Emmanuel Cole.

Son interrogation est une inquiétude au vu des appels des prisonniers au départ du Major Kalombo, directeur général adjoint de la prison. Les sources du CPRK affirment que plusieurs détenus réclament le départ de ce major.

Cet officier des FARDC, occupe ce poste grâce à l’ancien Administrateur Général de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR), Kalev Mutond, son beau-frère, pour contrôler les prisonniers du dossier Eddy Kapend et consorts ainsi que les détenus politiques ou ceux poursuivis dans les dossiers à caractère politique.”, révèle la FBCP.

Elle indique qu’après l’evaison du 17 mai 2017, provoquée par les adeptes de Bundia dia Kongo/Mayala et Kamuina Nsupu, l’ancien Ministre de la Justice et Garde de Seaux, Alexis Thambwe Mwamba avait revoqué le Colonel Thaddée Kabisa, ancien Directeur de la Prison, laissant le Major Kalombo, Directeur Adjoint à son poste.

Pourtant, c’était le Major Kalombo, Directeur adjoint qui était chargé de la Sécurité et l’administration de la Prison Centrale de Makala.“, note Emmanuel Cole qui estime que “la première presonne à être sanctionnée devait être le Major Kalombo et non pas le Colonel Thaddée Kabisa, un expert en matière pénitentiaire parmi les experts Africains“.

C’est ainsi que les prisonniers et detenus avaient plusieurs fois dénoncé le comportement inacceptable du Major Kalombo accusé d’aimer trop les femmes et l’argent. Les détenus l’accusent de sortir avec leurs femmes et detenus preventifs.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *