mardi, mars 2
Shadow

​​​Salome Elolo: “il faut impliquer la femme congolaise dans la sphère de prise de décision”

La Directrice exécutive des Femmes Solidaires (FESO), Salomé Elolo, s’est exprimée à l’occasion de la journée Internationale de la femme africaine, célébrée chaque 31 juillet.

Salomé Elolo plaide, dans son message à travers un communiqué de son organisation, pour l’implication de la femme rurale et congolaise en générale dans les sphères de prise des décisions, notamment dans le secteur des ressources naturelles, de l’environnement et de la biodiversité….

Elle souhaite que soit instituée une journée nationale de la femme rurale congolaise qui servira de cadre pour procéder à l’introspection afin d’affûter ses armes pour l’ émancipation complète et la considération de la femme en tant que mère nourricière de la nation.
​​​​​​​​
En marge de cette journée, les Femmes Solidaires ( FESO), qui est l’une des organisations féminines qui militent pour les droits de la femme, son accès à la terre, aux ressources naturelles et la promotion de son leadership dans la gouvernance et la gestion de la nation, a lancé un cri de détresse à l’endroit des autorités congolaises afin que la femme congolaise ne soit pas marginalisée et clochardisee.

Feso regrette que malgré de nombreux efforts fournis par les femmes congolaises, le constat est qu’une importante partie des femmes rurales congolaises est privée de l’accès à la terre et à l’eau qui, pourtant, constituent le socle de sa vie ainsi que celle de sa progéniture.

Vivant dans les zones minières, on exploite ces ressources et se retrouvent expropriées sans aucune consultation préalable, ainsi elle est obligée de subir les effets néfastes de la pollution sans dire un mot et par conséquent sans espérer une quelconque indemnisation“, déplore Mme Salomé Elolo.

Elle indique que dans “d’autres contextes, on construit des mégastructures comme des barrages qui, au lieu de l’aider, créent encore des problèmes tels que la privation de terre et l’accès à l’eau qui reste sa source principale de moyen de subsistance et de revenus. Elle fustige cet état des choses en faisant allusion au projet Inga III où les femmes sont ignorées.

Ainsi, FESO profite de cette journée mondiale de la femme africaine pour demander aux dirigeants congolais de tout faire pour accorder à la femme sa place dans la société.

Depuis 1962

La journée mondiale de la femme africaine est commémorée depuis 1962. À cette date, il s’est tenue la première Conférence des Femmes Africaines à Dar-es- Salaam

La proclamation de cette date était une reconnaissance du rôle historique et de la capacité de la femme africaine à conduire les changements sur le continent Africain.

Depuis cet engagement de la Femme Africaine, elle a gagné des combats majeurs dont elle s’était fixée les objectifs à savoir, l’éradication de la colonisation sous sa forme primaire et cruelle mais aussi la chute de l’Apartheid. Depuis lors, dans la plupart des pays africains, les femmes se sont organisées et regroupées en association afin de mettre en marche leurs énergies pour l’avancement de leurs communautés.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *