vendredi, février 26
Shadow

L’ONU indexe les agents étatiques dans les violations des droits de l’homme en RDC

Des agents de l’État dont les éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et ceux de la Police nationale congolaise (PNCl ont été indexés dans les violations des droits de l’homme au cour du premier trimestre de 2020 par le Bureau conjoint des Nations-Unies( BCNUDH) aux droits de l’homme.

Selon le rapport onusien, les Fardc et Policiers ont été responsables des exécutions extrajudiciaires d’au moins 225 personnes, dont 33 femmes et 18 enfants, sur l’ensemble du territoire de la RDC.

Les combattants de tous les groupes armés confondus ont été aussi auteurs de 57% des violations documentées par le BCNUDH.

Les hommes en uniforme ont été également responsables des exécutions sommaires d’au moins 1.315 personnes, dont 267 femmes et 165 enfants, plus de trois fois le nombre enregistré au premier semestre 2019.

Les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo ont commis selon le BCNUDH le plus grand nombre de violations (806 violations, près de 20% du total documenté), dont les exécutions extrajudiciaires de 129 personnes dont 24 femmes et 12 enfants.

Le BCNUDH note une diminution par rapport au premier semestre 2019 où 847 violations des droits de l’homme ont été répertoriés.

Pour sa part, la Police nationale congolaise (PNC) a commise près de 724 violations des droits de l’homme, une augmentation par rapport au premier semestre de 2019 où 689 cas d’atteinte ont été enregistrés.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *