mercredi, avril 14
Shadow

RDC : la FCBP alerte sur le manque des nourritures dans la prison militaire de Ndolo et au CPRK

La Fondation Bill Clinton pour la Paix( FBCP) a fait part, dans une déclaration, de la rupture de stocks des nouritures dans les dépôts et des médicaments dans les centres de santé des prisons de la RDC, plus précisément à la prison centrale de Makala et de Ndolo.

Cette information est confirmée par un responsable de l’administration pénitentiaire qui a requis l’anonymat.

Dans le dépôt medical de la Prison Centrale de Makala, il n’y a pas à manger. Son centre de santé est dépourvu des médicaments pour faire face aux nombeux malades qui attendent d’etre soignés.

Si rien n’est fait, une catastrophe se produira dans la prison centrale de Makala et autres prisons dans les provinces”, a interpellé un haut responsable penitentier,
contacté par la FBCP.

Une autre source signale que ça fait déjà trois semaines que les prisonniers ne bénéficient pas de la nourriture de la prison.

À la Prison Centrale de Makala (CPRK), qui compte plus de 9.000 prisonniers et détenus préventifs et à la Prison Militaire de Ndolo, avec plus de 2.000 prisonniers et détenus préventifs, la situation est préoccupante.

De janvier à mars 2019, il y a eu beaucoup de morts dans les prisons de la RDC plus particulièrement à la Prison Centrale de Makala et Prison Militaire de Ndolo“, a rappellé Emmanuel Cole , prèsident du Fbcp.

Les sources déplorent que le Ministre des Finances, José Sele, ait déjà signé le “Bon de commande ” qui est bloqué au niveau de la Banque Centrale du Congo,(BCC).

Désengorger les prisons svp

Pour eviter le pire qui pointe à l’horizon, la FBCP exige le désengorgement des prisons et la construction de nouvelles prisons.

Cette organisation plaide pour l’encadrement et la formation professionnelle, accélération des procédures judiciaires.

L’ amelioration des conditions des vies des prisonniers et détenus préventifs, amélioration de salaries et les primes des agents des Services pénitentiaires et leurs conditions de travail reste la voie à suivre pour remédier la situation“, conseille Emmanuel Cole.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *