lundi, mars 8
Shadow

Cabinet de Tshisekedi : Albert Moleka pour remplacer Vital Kamerhe ?

Le chef de l’Etat congolais, Félix Antoine Tshisekedi a rendu visite, lundi 10 août 2020, dans la soirée à la veuve Moleka, la mère d’Albert Moleka, ancien directeur de cabinet d’Etienne Tshisekedi et de la députée nationale Wivine Moleka. Une visite en catimini que les fins observateurs n’ont pas loupée.

Le cliché de cette visite est en train de devenir viral sur les réseaux sociaux. Les commentaires fusent de partout. Les uns saluent le « cœur d’amour » du président de la République. Les autres y voient une distraction.

Les analystes ont pourtant une matière à interpréter. Pourquoi cette visite au moment où il se murmure, dans les couloirs de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), la possibilité de voir l’ancien directeur de cabinet de Tshisekedi père devenir le directeur de cabinet de Tshisekedi fils ?

Ça se parle, ça se discute au sein du parti présidentiel. Qui pour remplacer Vital Kamerhe, après sa condamnation pour 20 ans de prison. Certains cadres du parti appellent le Président de la République à constater l’empêchement définitif de son directeur de cabinet et à procéder à son remplacement.

Le poste du directeur de cabinet du Président de la République est jusqu’à ce jour vacant. Depuis que Vital Kamerhe est cloué au CPRK, à 20 ans de prison, les voix se sont levées pour pousser le chef de l’Etat à se séparer de lui, dont l’implication dans le détournement des deniers publics, a porté un épais ombrage sur l’image de la première institution du pays. Jusqu’à ce jour, c’est le silence radio du côté de Félix Tshisekedi. Pourtant, son dircab croupit en uniforme des détenus.

A la place de la désignation d’un nouveau chef de cabinet, Tshisekedi a préféré confier l’intérim au dircaba, Désiré Cashmir Eberande Kolongele.

Pourtant, l’empêchement de Vital Kamerhe s’est avéré évident. Le silence tshisekediste est-il lié aux clauses de leur accord signé à Naïrobi, constituant la plateforme Cap pour le Changement (CACH) ? Oui, c’est un deal qui devrait être respecté. Mais comment continuer à le respecter au moment où l’un d’entre eux a trahi la bonne image ? C’est là le problème. Personne ne donne aucune piste de solution à cette interrogation.

Ce qui laisse les spéculations aller bon train. Certains parlementaires débout évoquent le nom d’Albert Moleka pour aider le Président de la République. Une proposition contestée par ceux qui estiment que l’ancien directeur de cabinet du Sphinx de Limete avait trahi l’UDPS. Ce qui a conduit à sa démission. Là, ce fut une histoire des querelles internes : « Il y avait le camp Maman Marthe qui insinuait que Moleka avait pris l’argent de Kabila pour museler l’UDPS. Ce qui n’a jamais été prouvé. Et un autre camp qui soutenait que le ‘’vieux’’ devait être entouré de politiques aguerris pour faire face aux conséquences de son vieil âge et la malice du camp adverse», explique une ancienne proche d’Albert Moleka qui a requis l’anonymat.

Elle conclut tout de même qu’Albert Moleka serait le bon choix pour l’actuel Président de la République. « C’est la personne qui convient. Sa sagesse et son intelligence sont nécessaires pour gérer le cabinet du chef très infiltré », confie-t-elle. Est-ce que Félix Tshisekedi l’a-t-il entendue quand il rend visite à la mère de celui qu’on le lui conseille ? Les Anglais diront : « wait and see ». Les analystes voient en cette visite une préparation du terrain à une éventuelle récupération de ce politicien, dont le silence parle depuis un bon moment.

Par R.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *