dimanche, avril 11
Shadow

Watsa : le chef du secteur Kibali déplore le bilan des dernières manifestations des orpailleurs

Le chef du secteur Kibali, un des secteurs du territoire de Watsa, (Haut-Uélé) sur lequel œuvre le géant minier Kibali Gold Mines, a rencontré, vendredi 14 août, au village Surur, les différentes organisations de son entité, notamment les confessions religieuses, les associations des jeunes etc.

Dieudonné Surur a, en s’adressant à l’Union des leaders du territoire de Watsa, déploré le comportement de ces leaders des jeunes qui n’oeuvrent pas pour le développement du milieu.

”Ces leaders du territoire de Watsa que font-ils? Je me suis demandé dans tous ces problème où est leur travail, où œuvrent-ils ? S’il y a un problème, il faut qu’ils me disent. Je suis le chef de l’entité, il ne suffit pas d’aller derrière le dos pour me combattre ”, a-t-il interpellé.

Selon lui, l’Association des Leaders n’est pas éligible pour contrôler les “ETDs”. “Je ne veux pas cette association et je n’aime pas qu’elle existe”, a-t-il tonné.

Il a l’accent sur la sécurité de son secteur qui, selon lui, a été menacée par la marche des orpailleurs, à la base de plusieurs dégâts matériels et humains, suite à la dispute du périmètre minier au village Gima entre les exploitants d’or artisanaux et la société Kibali Gold Mines.

Dieudonné Surur a fustigé et déploré la manifestation brutale des orpailleurs qui n’était qu’au début une revendication pacifique. Pour lui, les orpailleurs ont droit de réclamer ce qui leur appartient, mais leur procédure n’a pas respecté les normes.

Dieudonné Surur a dénoncé également des mains noires dans cette marche, qui ont réussi à piller les boutiques des commerçants. Une situation qu’il qualifie de vol et barbarie.

Il sied de signaler que les 15% des redevances minières pour les ETDs du secteur Kibali versés par la société Kibali Gold Mines, il y a de cela environs 5 mois, suscitent du jour au lendemain des réactions des parts et d’autres de la population du territoire de Watsa en général et du secteur Kibali en particulier.

Par Caleb Bodio, Correspondant au Haut-Uélé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *