lundi, mars 8
Shadow

RDC/Bukangalonzo : le rapport d’audit de cabinet Ernest & Young indexe un ex-Premier ministre

Pour contrôler et certifier la gestion du Projet Bukanga Lonzo, l’Etat congolais avait fait appel à Ernest & Young (EY), un des leaders mondiaux de l’audit. Son rapport de 44 pages, publié en 2016, jette un pavé dans la marre et indexe l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, d’être auteur et complice de cette gabegie financière.

Ce rapport demontre une anthologie de malversations financières, orchestrée par l’ancien Premier ministre, à son profit personnel ou celui de ses courtisans. Ce rapport explique que l’idée d’un parc agroalimentaire, ne figurant sur aucun doc­ument de stratégie de développement agricole du pays, ni dans aucun budget de l’Etat, ni étude de faisabilité technique financière, sans aucun appel d’offre, ni mise en concurrence, un contrat portant sur un montant de 150 million dollars, a été conclu par le gouvernement congolais et Africom Commodities Ltd, une société privée sud-africaine.

Un système de surtaxa­tion de 100 à 700 % a permis la sortie d’argent de la caisse de l’Etat au profit d’individus, d’institutions privées et cela au mépris des lois en vi­gueur. Le rapport montre comment les finances ont été gérées et dilapi­dées sans tenir compte des priori­tés telles que les élections, la sécurité ou l’amélioration du vécu quotidien. A la suite de plusieurs rumeurs de détournement et d’irrégularité
(sortie de plusieurs millions de dollars sans appel d’offres, absence d’étude de faisa­bilité et faiblesse technique), la Pri­mature, via BCECO, avait diligenté un audit avec un objectif très limité, à savoir l’examen des opérations du partenaire sud-africain.

Après l’échec et l’enlisement du recrutement du cabinet d’audit, l’opération était suspendue, puis relancé plus tard. Certainement sous la pression de la présidence, un cab­inet international (E&Y) avait été recruté. Ainsi la boite de pandore a été ou­verte et plusieurs noms des proches de l’ancien président Joseph Kabila, comme Matata Ponyo, ont été cités dans ce rapport pour leur rôle joué pour dilapider l’argent du contribuable congolais. Ce rapport n’a jamais été contesté par l’ancien premier ministre Augustin Matata.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *