vendredi, février 26
Shadow

RDC : l’Udps veut-elle changer sa méthode de lutte ?

L’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) connaît des critiques acerbes de la part de ses adversaires de Lamuka et de ses alliés du Front commun pour le Congo (FCC). Ces derniers accusent le parti présidentiel de posséder des milices à Kinshasa et à Kasumbalesa.

Il y a peu, l’Udps était première à accuser le FCC à l’époque au pouvoir, de mêmes griefs. Des critiques qui se justifiaient par des actions des bérets rouges sous les ordres de Mova Henri, cacique du PPRD. L’accusateur d’hier est à son tour accusé actuellement.

Ceux qui chargent l’Udps pointent du doigt Jean -Marc Kabund, président intérimaire du parti qui s’est distingué depuis le chant du coq par sa méthode de non violence. Oui, Ses combattants étaient jadis considérés comme des moutons qu’on amenait à l’abattoir. Des brebis muettes devant ceux qui les tondent.

S’agit-il d’une mutation ou d’un changement de méthode de lutte au sein du parti de Limete ? Encore faut-il avoir des pièces à conviction avant de prétendre confirmer ce qui paraît encore comme allégation, selon la réplique du Secrétaire général du parti de Limete, Augustin Kabuya.

 l’Udps, on affirme que les combattants qui semaient désolation à Kasumbalesa n’étaient que des brebis égarées. “S’ils étaient des miliciens du parti comme certains adversaires l’alleguent, ils ne se seraient pas en pris au SG Augustin Kabuya”, rétorque Simon Kalenga, porte-parole du parti de Sphinx.

Cependant, une certaine opinion estime que Jean-Marc Kabund se comporte en potentat depuis son éviction du Bureau de l’Assemblée nationale. “Depuis ce jour-là, Kabund est devenu un léopard déchaîné, très enragé et cherche à verser son venin sur ceux qu’il considère comme des antagonistes“, indique un internaute prisé.

Pour d’autres, Kabund a désormais les mains libres pour sévir ses détracteurs. “N’est-ce pas lui qui avait promis la nage aux cadres du FCC ? “, s’est interrogé Wembolowa, un étudiant de l’Université Révérend Kim, dans la commune de Lingala, â Kinshasa.

La corrélation

Des propos qui coroborent ceux des cadres du FCC qui ont récemment aplaudi le départ de Kabund du comité de suivi FCC-CACH. Les tenants de cette thèse pensent que le président a.i. de l’Udps connaît des remous politiques qui le tourmentent. “Quelques militants qui entretenaient l’insécurité ont été arrêtés et avouent avoir déposé leurs CV à Kabund sur sa demande, sans qu’aucune explication ne soit fournie“, révèle un membre de la Ligue des jeunes du PPRD.

Et un autre d’ajouter : “le nouveau patron de Kingabwa et président intérimaire de l’Udps mijote certainement un coup, notamment avec la “décision finale“, son mouvement non reconnu par l’Udps. Il lutte contre Tshisekedi qui peut être accusé de “haute trahison” à tout moment.

Comme il ne s’agit que des supputations jusqu’à présent, il est de bon aloi que les autorités initient une enquête sérieuse pour rétablir la vérité sur les miliciens de Kasumbalesa et de Kingabwa. Mais le communiqué de la police de Kinshasa après le démantèlement de ces jeunes, innocente Jean-Marc Kabund a Kabund.

Les gens doivent faire très attention avec les accusations fortuites. Certains jeunes en profitent pour poser des gestes inciviques parce qu’appartenant au parti présidentiel, alors qu’ils sont sans mandat“, relativise Roger Lumbala, président du RCD/N, au cours d’une émission à Kinshasa.

Et Lumbala de renchérir : “L’Udps à toujours refusé de prendre les armes, ce n’est pas aujourd’hui où elle est au pouvoir qu’elle va changer de lutte non plus“. Des propos soutenus par une bonne partie de la population à Kinshasa.

L’Udps ne tolère guère ces genres de bêtises. La preuve, certains des combattants ont trouvé la mort lors de la dernière marche contre la désignation de Ronsard Malonda comme remplaçant de Corneille Nangaa à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)“, affirme Justin Moïse Kadima, président sectionnaire de l’Udps/Kintambo.

Face à la difficulté de dénicher les intentions réelles de deux groupes de l’Udps interpelés à Kasumbalesa et à Kinshasa et le nom de leur instigateur, seuls les services d’intelligence peuvent s’investir pour éclairer la religion des Congolais qui attendent en avoir le coeur net.

Par Bajika Ndeba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *