mercredi, avril 14
Shadow

Sankuru : JED exige des poursuites contre le Gouverneur Joseph Mukumadi !

Journaliste en danger (JED) , une Organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté de la presse, note la reprise des émissions de deux médias fermés au Sankuru, après plusieurs jours d’interruption.

Selon les informations en possession de JED, le Gouverneur du Ankuru, Joseph Mukumadi s’est personnellement rendu, le samedi 29 août 2020 dans la soirée, dans les installations de la station locale de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC) pour restituer, sans aucune autre explication, les clés qu’il gardait après la fermeture de ce média. Il a, par la suite, donné l’ordre aux éléments de la police et des militaires qui étaient postés devant ce média de pouvoir quitter les lieux.

La radio Losanganya a, quant à elle, été autorisée à reprendre toutes ses activités le 23 août par le colonel Kalala, mandaté par le Gouverneur de province. Les deux journalistes de ce média, Hubert Djoko et Albert Lokongo, ont été libérés le samedi 22 août 2020, après avoir été détenus respectivement dans les yinstallations de la police, la résidence du gouverneur de province et à l’auditorat militaire. Tabassés et torturés, les deux journalistes sont présentement admis aux soins à l’hôpital général de référence de Lodja où leur état de santé exige un suivi médical et des examens approfondis.

Pour rappel, ces deux médias situés à environ 400 km de Lusambo, chef-lieu de la province de Sankuru (Centre de la RDC) , avaient été pris d’assaut, le jeudi 20 août 2020, par un groupe d’éléments des Forces Armées de la RD Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise agissant sur ordre du Gouverneur de province qui accusaient ces deux médias de manquer de professionnalisme, et de saboter ses actions.

Tout en prenant acte de la reprise des émissions de ces deux médias illégalement fermés, Journaliste en danger (JED) demande au Gouvernement de la République, à travers le Vice-premier Ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, de ne pas laisser impuni ces actes graves posés par le Gouverneur de la province de Sankuru, et d’engager immédiatement des actions disciplinaires à son endroit.

Par GK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *