mercredi, avril 14
Shadow

Haut-Uélé: la ministre de l’EPST dément l’attaque d’un dortoir des candidats aux épreuves de l’Exetat à Isiro

C’est à travers un communiqué officiel, publié lundi 31 août 2020 tard dans la soirée,
que la ministre provinciale de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, Genre, Famille, Enfant et Citoyenneté, Françoise Azaro Kany, a choisi de fixer l’opinion sur une rumeur largement propagée à travers les médias, au sujet d’une attaque imaginaire d’un dortoir occupé par des élèves candidats aux épreuves hors-session venus de Rungu à Isiro.

Je tiens à informer l’opinion nationale et internationale que depuis ce lundi 31 août 2020 une fausse information circule sur les médias selon laquelle une attaque armée a eu lieu à Isiro dans un dortoir où sont logés, ici à Isiro, les élèves finalistes venus du territoire de Rungu pour participer aux épreuves hors-session des examens d’État édition 2020“, peut-on lire dans cette déclaration.

La patronne de l’éducation dans le Haut-Uele précise en outre que “c’est vers minuit du dimanche 30 août que ces élèves finalistes ont été visités par des inconnus qui ont emporté des téléphones, de l’argent et d’autres biens de valeur” et que “lors de cette intrusion, une élève“, a déclaré avoir été violée dans un état d’inconscience.

Alerté par les Organisations de la Société Civile, spécialisées dans la lutte contre les violences sexuelles, notamment la Voix des Opprimés (OVD), la SOFEPADI et la Société Civile Forces Vives, le Gouvernement provincial a instruit la Police de protection de l’enfance et de Lutte contre les Violences Sexuelles et la Mairie d’Isiro pour s’occuper de la situation .

Françoise Azaro, qui a participé dans la matinée à la cérémonie du lancement des épreuves hors-session aux côtés du Vice-Gouverneur, Christian Pitanga Mangandro, a rassuré “qu’aussitôt, la prise en charge psychologique, médicale, sociale et juridique a été organisée pour cette élève“, avant d’ajouter que le matin de ce 31 août 2020, la victime ainsi que ses condisciples ont bien passé leur épreuve de dissertation.

Dans sa mise au point, Françoise Azaro fait savoir en outre que le Gouvernement provincial condamne avec fermeté cet acte barbare et rassure l’opinion que toutes les batteries sont mises en marche pour retrouver les auteurs tant intellectuels que matériels en vue de permettre à la justice de faire son travail.

Le ministre de l’enseignement a, d’un autre côté, prévenu que le Gouvernement provincial met en garde les officines de cette campagne d’intoxication et prévient qu’il se réserve le droit de saisir les institutions habilitées en vue d’obtenir réparation.

Par Caleb Bodio, correspondant au Haut-Uélé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *