vendredi, mars 5
Shadow

Ituri : le député Iracan Gratien exige la révocation des autorités politico-militaires provinciales

C’est à travers un entretien accordé à Medi@plus.online qu’Iracan Gratien, élu national de la ville de Bunia, dans la province de l’Ituri, exige, auprès du chef de l’Etat comme garant de bon fonctionnement des institutions, la révocation du chef de l’exécutif provincial, les généraux et cadres du renseignement, qu’il accuse de haute trahison contre le peuple iturien.

« Le peuple Iturien est déterminé à se prendre en charge, en appliquant l’article 63 de la Constitution au cas où l’expression populaire n’est pas respectée », a-t-il fait observer. Pour lui, le président de la République doit choisir si, il est avec le peuple ou pas. “Le Gouverneur, qui est son représentant personnel en Province, président du Comité provincial de sécurité, Coordonnateur des services de sécurité, de l’armée et de la police, a montré sa vraie face de trahison contre la communauté iturienne car, la ville de Bunia a échappé à une série de massacre prémédité par les CODECO sous le nez et barbe de l’autorité provinciale “, a-t-il dénoncé.

L’heure est arrivée de nous libérer et de nous engager dans le développement. Plus de 70.000 morts depuis l’année 2000 jusqu’à ce jours, le peuple iturien en a marre de continuer à enterrer les siens et toutes les richesses de la province sont saisies, vendues et utiliser contre ce peuple“, a regretté l’élu de Bunia.

Iracan Gratien appelle le peuple de l’Ituri à se mobiliser à jamais, pour l’unité et la cohésion entre les communautés, car, pendant plusieurs années ce peuple a été manipulé et utilisé contre son propre intérêt. Il lui demande de se lever pour dire non à toutes les manipulations qui bloquent le développement.

« Ce peuple demande au président de la République de rétablir une paix définitive en respectant la volonté du peuple qui exige le départ pur et simple du gouvernement provincial, les Généraux militaires et de la Police, y compris les Directeurs provinciaux de l’ANR, DGM et DEMIAP, pour éviter de tirer toutes les conséquences de son inaction contre le peuple de l’ITURI », a-t-il insisté.

Par Jackie Ngolela

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *