samedi, avril 17
Shadow

Kasaï: plusieurs personnes périssent dans un écroulement du pont Kasaï à Tshikapa

Le pire que l’on craignait est enfin arrivé dans les après-midi de ce vendredi 23 octobre 2020 au coeur de la ville de Tshikapa. Plusieurs personnes ont péri à l’écroulement du pont Kasaï, au passage d’un camion de marchandises qui a fini sa course dans la rivière Kasaï. Du coup, le trafic entre les trois communes de la ville de,Tshikapa devient un calvaire.

Ce pont d’environ 50m de long et 5m de large, relie les deux grandes collines Kele et Kanzala, au centre de la ville de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï.

Pour les témoins qui ont vécu la scène, tout avait l’air d’un spectacle. Comme dans un film dramaturge, le pont s’est divisé en deux, au passage d’un camion surchargé.

Même su le bilan exact de cet accident n’est pas encore connu, il y a lieu de se fait au moins une idée des dégâts humains. Au-delà de l’équipage du camion qui a causé l’écroulement, on renseigne qu’un autre véhicule était derrière, suivi des motos-taxis et autres piétons. Bref, tout ce qui était sur le pont à cet instant, a été englouti par les eaux de la rivière Kasaï dont la profondeur est inestimable.

L’état de vétusté du pont Kasaï sur la rivière qui porte le même nom est décrié maintes fois par la société civile de Tshikapa qui tirait la sonnette d’alarme sur le danger que courait ce pont qui date de l’époque coloniale. Ce qui est arrivé ce vendredi pouvait être évité, si seulement le gouvernement provincial du Kasaï avait prêté une oreille attentive aux alertes de la société civile.

Accentuation de la crise alimentaire

Il faut souligner que ce pont situé sur la route nationale Nº1 est d’une importance économique non négligeable. Il permet le trafic entre les trois communes de la ville de Tshikapa qui sont interdépendantes (Bumba, Mabondo et Kanzala) ainsi que leur approvisionnement en produits vivriers.

En dépit des morts qu’on déplore aujourd’hui, l’écroulement de ce pont impacte aussi négativement sur l’économie et le social des habitants de Tshikapa dont la survie dépend largement du trafic sur ce pont. Il faut s’attendre à des jours sombres avec l’accentuation de la crise alimentaire dans la région, alors que celles causées par le phénomène Kamuina Nsapu, de triste mémoire, et la pandémie à Coronavirus peinent à être éradiquées.

Parmi les dégâts matériels, une source à Tshikapa informe que le tuyau de conduite d’eau de la Regideso qui dessert les deux communes de l’autre rive (Bumba et Mabondo) en eau potable est endommagé. “La population sera privée d’eau de la Regideso car, le tuyau s’est coupé en deux parties “, a affirmé à MédiaPlus, Valentin Kabeya, un missionnaire de l’Église évangélique des sacrificateurs en séjour à Tshikapa.

La négligence des autorités face à la vétusté du pont

Le Vice-gouverneur du Kasaï Gaston Nkole Tshimuanga qui s’est rendu sur le lieu du sinistre, se réserve de donner le bilan sur des morts et dit se remettre aux services techniques habilités.

Jusqu’alors on a pas le bilan. Nous attendons les données techniques de la part de l’Office des Routes et de nos techniciens qui sont sur place“, a déclaré Gaston Nkole. Toutefois, souligne-t-il, “il faudrait que l’intervention se fasse le plus rapidement possible pour rétablir la communication entre les communes de Mbumba, Mabondo et Kanzala”.

L’autorité provinciale assure avoir mis à contribution les propriétaires des baleinières et pirogues pour faciliter la traversée de la population bloquée de l’autre côté de la rive. Gaston Nkole évoque la thèse de la vétusté de ce pont comme étant à la base de ce drame.

Par Stanislas Ntambwe & Jackie Ngolela

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *