dimanche, février 28
Shadow

L’énigme FCC 

Ironie du sort ? Comble de paradoxe ? Un peu de deux à la fois. Pour réaliser l’union sacrée sur le dos du FCC, le Président se doit de percer l’énigme …FCC. La vaste OPA (offre publique d’achat) du successeur de JKK sur le reste du quinquennat passe par la prise de la Bastille qu’est l’Hémicycle. A défaut de sa mise à mort.

Ce mardi, les élus kabilistes devraient renouveler leur serment de loyauté à leur autorité morale. Combien seront-ils ? A Kingakati comme à la Cité de l’UA, on aura besoin des calculettes. Les différentes formes d’arithmétique seront mises à contribution.

En Kabilie, l’addition et la multiplication seront les opérations prisées. Dans la Fatshisphère, on parie sur la soustraction et la division.
Impossible, en effet, de construire une majorité parlementaire de substitution sans dégraisser substantiellement le mammouth qui pèse jusqu’à preuve du contraire près de 341 députés ! Pas 36 solutions pour y arriver. Une seule, façon recette de grand-mère, pour rendre la transhumance possible. La même léguée à la postérité par feu le Maréchal Mobutu : le débauchage à coup et à coût des espèces sonnantes et trébuchantes avec à la clé l’assurance des postes ministériels.

Les jours à venir vont livrer le secret de l’ampleur du débauchage. La jurisprudence très rd congolaise renseigne que la traversée avec armes et bagages se fait souvent à la toute dernière minute. Et en silence. La bouche qui mange ne parle pas, renseigne un proverbe très bantou. En sera-t-il de même sous l’ère FATSHI ? Rien n’est moins sûr.

Au chapitre de paradoxes, en voici un autre. Le débauchage, une des variantes des antivaleurs constamment décriées par Fatshi, pourrait s’imposer comme prix à payer pour obtenir la refondation de l’action gouvernementale.

Comme quoi, chasser le naturel, il revient au galop. Dans tous les cas, l’union sacrée contre le FCC vaut bien… quelques transgressions. Après tout, “la fin justifie les moyens”, aurait conseillé Machiavel.

Par José Nawej

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *