vendredi, mars 5
Shadow

Kasaï : Dieudonné Pieme sur une chaise éjectable

Au total huit députés provinciaux signataires d’une motion de censure contre le gouverneur de province Dieudonné Pieme Tutokot, déposée lundi 02 novembre 2020, au bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï.

Ils accusent le chef de l’exécutif provincial de détournement de 2 millions de dollars américains du crédit contracté à la banque pour la construction d’un immeuble jumelé pouvant abriter le gouvernement provincial et l’Assemblée provinciale.

Dieudonné Pieme est aussi accusé de détournement et minoration des recettes de la province par un protocole d’accord avec la société Brabanta, sans l’autorisation préalable de l’organe budgétaire, et l’affectation des recettes dans un compte privé. Il lui est également reproché l’absence de transparence des affectations des recettes des différents péages de la province, par le refus de transmettre les rapports mensuels d’activités des recettes locales et des autres informations à l’organe délibérant.

Les auteurs de la motion lui reprochent aussi de détournement de 150.000$ reçus du gouvernement central pour lutter contre la Covid-19 ainsi que le détournement des fonds alloués aux Entités territoriales décentralisées (ETD) par le gouvernement central.

Ces élus provinciaux se disent préoccupés par la dégradation des conditions socio-économiques de la province.

Conscients de notre responsabilité dans l’amélioration des conditions de vie de toute la population Kasaïenne par une gestion efficiente et transparente de notre province, sommes perturbés et préoccupés par les conditions dégradantes et déshumanisantes du peuple Kasaïen depuis votre élévation à la tête de notre province. Ces conditions plongeant notre population dans la pauvreté et la misère généralisée, sont source d’indignité humaine”, précise le document parvenu à MédiaPlus

Cette motion de censure s’ajoute à la question orale du député Ferdinand Mposhampa, adressée au gouverneur Dieudonné Pieme, également député provincial du Kasaï.

Par Jackie Ngolela

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *