samedi, avril 17
Shadow

RDC: voyage annulé, Kabila contraint de suivre le discours de F. Tshisekedi à partir de Kinshasa

Alors que la mobilisation dans la ville cuprifère était au zénith pour accueillir, ce samedi 05 décembre 2020, l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila, ce dernier ne pourra pas quitter la capitale congolaise, avant le message de Félix Tshisekedi à la nation prévu, ce dimanche 06 décembre 2020 à 24h 40′. C’est un énième report dont les raisons restent encore un mystère dans l’opinion.

D’après Politico.cd qui cite des sources concordantes, “le président Félix Tshisekedi l’a (Joseph Kabila) lui-même contacté tôt ce matin pour lui demander de reporter son déplacement”, révèle ce site d’informations basé à Kinshasa, dans une dépêche publiée ce samedi.

C’est pour la première fois depuis qu’il a quitté le pouvoir en janvier 2019, que Joseph Kabila devrait se rendre à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, où les cadres et membres du Front commun pour le Congo (FCC), sa famille politique, lui réservaient un accueil chaleureux. Seul l’ancien chef de l’État connaît les mobiles de son déplacement dans cette partie du pays, considérée comme son fief et sa province d’origine.

“Le Katanga appartient à Joseph Kabila”, dixit Kabange Numbi

Lors de l’annonce du premier voyage qui a été avorté, certains médias avaient rapporté que le “Raïs” se rendait à Lubumbashi pour y suivre de près la situation politique du pays. Cette raison était loin de convaincre le nouveau régime et l’opinion publique.

L’on se rappelle que certains caciques de sa famille politique, originaires du Grand Katanga, sont montés au créneau avec des déclarations et propos que d’aucuns ont qualifié de xénophobes; d’appel à la révolte et tentative de rébellion, voire même d’appel à la sécession.

“Le Katanga appartient à Joseph Kabila…”, avait lâché Félix Kabange Numbi, ancien ministre sous Joseph Kabila et cadre influent du FCC. L’ancien chef de guerre, Gédéon Kyungu, sous mandat d’arrêt international, revendiquait l’indépendance du Katanga dont il entendait faire une “république” dans une République et dont il serait l’autorité suprême. A la veille de l’élection présidentielle du 04 décembre 2018, ce rebelle originaire du Katanga, a été accueilli en triomphe par l’ancien régime et pris en charge par le Trésor Public.

Plusieurs voix se sont levées pour dénoncer ce retour en pompe de ce criminel recherché par la Justice. Alors que sa place devrait être en prison, l’homme a été logé, nourri et pris en charge par l’État congolais, au grand étonnement des ONG de défense des droits de l’homme.

Depuis lors, le Grand Katanga attire l’attention particulière des autorités congolaises et la fragilité de la sécurité dans cette région les préoccupent au plus haut point. Après les inquiétantes sorties médiatiques de Gédéon Kyungu, le nouveau régime a voulu mettre la main sur lui mais, ce dernier avait réussi à sauver sa peau et continue de vivre dans la clandestinité jusqu’à ce jour.

Il sied de noter que le voyage de l’ancien chef de l’État devrait intervenir la veille du discours tant attendu de son successeur. Le président Félix Tshisekedi doit s’adresser à la Nation, ce dimanche 06 décembre 2020 à 14h 30′, à l’issue des consultations qu’il a initiées depuis près d’un mois.

Selon POLITICO.CD, des proches du président Tshisekedi n’ont pas souhaité que Joseph Kabila se trouve à Lubumbashi, avant le discours du Chef de l’Etat qui devrait faire des fortes annonces. « Il y a eu crainte de le [Kabila] voir instiguer contre le Chet de l’Etat depuis Lubumbashi », explique un proche de Félix Tshisekedi cité par Politico.cd. La même source affirme que des proches de l’ancien président aurait confirmé l’information mais, sans vouloir la commenter.

Ça passe où ça casse

Entre-temps, c’est le suspense qui s’installe dans l’opinion. Tout le monde est suspendu. Le Peuple congolais, mais aussi la Communauté internationale attendent, tel un verdict, les “grandes décisions” du Magistrat suprême, après avoir recueilli les avis des uns et des autres au terme de ses consultations. Quelques heures seulement nous séparent de ce que l’on peut considérer comme “Jugement dernier”, un “message historique”, selon les sources de la Présidence.

Ce dimanche 06 décembre 2020, le discours de Félix Tshisekedi se doit d’être à la hauteur des aspirations populaires exprimées lors de ses consultation. C’est un rendez-vous important avec l’histoire qui pourra déterminer le destin politique du fils de l’opposant historique. Aucune erreur n’est envisageable, ou ça passe où ça casse!

Lors de son dernier discours à la nation, Félix Tshisekedi avait promis, dans le cadre de mesures à prendre, de “n’exclure aucun cas de figure” en vue de l'”Union sacrée de la Nation”.

De l’avis de certains analystes, le destin politique de Félix Tshisekedi est en jeux. Pour eux, les conclusions de ses consultations devraient rencontrer la volonté populaire exprimée lors de ses échanges avec toutes les couches sociales du pays.

Sans entrer dans le secret de dieu et au regard de tous les méandres politiques du moments, tout porte à croire que l’annonce de la fin de la Coalition FCC-CACH est envisageable et la désignation d’un informateur n’est pas à exclure. Ce dernier aura pour mission d’identifier la nouvelle majorité au Parlement en vue de la désignation d’un nouveau Premier ministre à même de conduire la nouvelle équipe gouvernementale de l’Union sacrée de la Nation”, voulue par le président Tshisekedi

Cependant, cet aussi un grand rendez-vous avec l’histoire qui déterminera l’avenir politique du 5ème président de la République démocratique du Congo. Pour des observateurs avertis, Félix Tshisekedi devrait, lors de son adresse, inverser la tendance pour espérer avoir de nouveau la confiance de son Peuple qui attendait beaucoup de lui et dont le désespoir et la déception gagnent les esprits.

En attente du grand dénouement dans le message du président de la République, le suspense gagne du terrain.

Par Stanislas Ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *