samedi, février 27
Shadow

FCC-CACH: d’une “union contre-nature” à l'”Union sacrée” de la Nation

“… Malgré les efforts que j’ai déployés,
les sacrifices que j’ai consentis et les humiliations que j’ai tolérées, cela n’a pas suffi à faire fonctionner harmonieusement cette coalition (FCC-CACH)”, a reconnu Félix Tshisekedi, à l’occasion de son message à la Nation, prononcé ce lundi 14 décembre 2020, devant le Parlement réuni en congrès.

C’est un véritable aveu d’échec sinon, un mea culpa d’un président de la République déçu par le résultat d’une coalition stérile, allant à l’encontre de toutes ses attentes et de sa vision pour l’émergence de la République démocratique du Congo (RDC).

Telle qu’elle était pensée après les élections de 2018, explique le chef de l’État congolais, la coalition FCC -CACH avait pour vocation, non seulement de garantir une alternance pacifique et éviter à notre pays des conflits majeurs, mais aussi à servir de catalyseur pour que l’action du Gouvernement puisse mieux rencontrer les attentes de la population“.

Malheureusement, a-t-il regretté, “la réalité des faits est que, malgré les efforts que j’ai déployés, les sacrifices que j’ai consentis et les humiliations que j’ai tolérées, cela n’a pas suffi à faire fonctionner harmonieusement cette coalition“. Cela, a-t-il poursuivi, n’a pas empêché l’émergence de difficultés de tous ordres au sein de la coalition FCC-CACH, ce qui aurait rendu “aléatoire” la concrétisation du changement voulu par l’ensemble du peuple congolais, au lendemain de son accession à la magistrature suprême, en janvier 2019.

Adieu FCC-CACH, vive l’Union sacrée

Alors que la situation prenait des proportions inquiétantes sur fond des tensions interminables entre les deux alliés au pouvoir, le disfonctionnement des Institutions de la République était perceptible. Félix Tshisekedi s’est vu dans l’obligation d’agir pour stopper l’hémorragie. D’où l’initiative des consultations dont la finalité est de fédérer toutes les forces vives en vue de créer l’Union sacrée de la Nation.

Nous sommes presqu’arrivés au terme des douleurs d’enfantement et proches d’assister à la naissance du nouveau bébé du nom de l'”Union sacrée”. C’est une question de jours, en attendant que l’informateur qui sera nommé l’un de ces matins, arrive à identifier la nouvelle majorité à l’Assemblée nationale. Ce, après la chute de l’ancien bureau de cette Chambre du Parlement dont les membres faisaient chacun, l’objet d’une pétition exigeant leurs déchéances.

Ce dernier temps, comme par enchantement, l’on assiste curieusement à une vague de désolidarisation des sociétaires du FCC de leur “secte politique”. Ils se rallient massivement derrière la vision du chef de l’État afin de rejoindre l’Union sacrée de la Nation.

Il sied de le dire, le mariage hypocrite entre le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila et le Cap pour le changement (CACH) de l’actuel chef de l’État, n’était pas sincère. La majorité des congolais n’en voulaient pas du tout et appelaient de tous les vœux au divorce de cette “union contre-nature”.

A ce jour, avec la majorité acquise à l’issue de ses consultations, Félix Tshisekedi reprend le souffle. Il est en voie de récupérer son imperium, longtemps étouffé par l’accord de coalition avec son prédécesseur.

En inversant la tendance en sa faveur, Félix Tshisekedi fait ses adieux à une “union contre-nature” et, par ricochet, noue une nouvelle alliance avec l'”Union sacrée de la Nation”.

Par Stanislas Ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *