jeudi, février 25
Shadow

Le CICR et ses partenaires en pourparlers pour la matérialisation d’un projet d’adduction d’eau à Goma

« L’objectif principal de cet atelier est d’amener les parties prenantes pour avoir ensemble, un schéma directeur qui puisse dans l’avenir, développer les infrastructures dans la ville de Goma », a précisé Roman Machover, Chef adjoint de la Délégation du CICR en RDC, dans une interview à l’ouverture de ces échanges, au Fleuve-Congo Hôtel de Kinshasa.

Le Chef adjoint de la Délégation du CICR en RDC, Roman Machover

Il s’est ouvert, ce mardi 26 janvier 2021, telle qu’annoncé dans notre précédente édition, un atelier d’échanges sur la problématique de l’eau à Goma (Nord-Kivu).

Pendant deux jours, soit du 26 au 27 janvier 2021, les participants vont discuter de différentes études techniques qui ont été menées dans la ville de Goma. En l’occurrence, celle menée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et celle menée par la Banque mondiale, en vue d’améliorer l’approvisionnement en eau pour la population de la partie  Ouest de Goma.  

Il faut indiquer que la ville de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) a vu sa population augmenter en grand nombre ces dernières années, suite à l’insécurité et les conflits armés autour de la ville. « Par conséquent, les infrastructures doivent être améliorées », estime Roman Machover.

Nécessité de coordonner la réponse à la pénurie d’eau

La ville de Goma est certes entourée par le lac, constate-t-il, « mais aujourd’hui, la qualité de l’eau du lac n’est pas idoine notamment, pour les questions de santé. C’est pour cela qu’il faut quand-même un gros travail d’infrastructures pour améliorer la qualité et la disponibilité de l’eau auprès des populations. Cela demande une grande coordination entre différents acteurs (privés, autorités locales et organisations de développement) », a souligné le chef adjoint du CICR en RDC.

Selon lui, ce projet porterait sur 4 à 5 ans. « Cela étant, au fur et à mesure que les besoins de feront entendre, il est prévu que les travaux démarrent le plutôt possible », a souligné Romain Machover qui invite les différentes parties prenantes à venir discuter avec l’équipe du CICR pour une meilleure coordination de la réponse.

Aux autorités locales et nationales de la RDC, le CICR les exhorte à continuer de leur apporter leur soutien qu’ils donnent déjà depuis des années. Mais aussi, de soutenir également ce projet d’adduction d’eau.

Il sied de noter que, 100 personnes ont participé à ces discussions qui  se sont tenues par visio-conférence concomitamment à Kinshasa, à Goma et à Genève (Suisse), siège mondial du CICR. Parmi ces participants, on note des autorités congolaises, des Organisations non-gouvernementales, des humanitaires, des bailleurs de fonds et des représentants de la société civile. La Banque mondiale est également associée à ces assises pour présenter son étude réalisée en 2020, sur l’analyse des alternatives possibles pour les services de l’eau à travers des partenariats public et privé.

Ces travaux qui constituent la première étape, avant le lancement des travaux proprement dits du projet d’adduction d’eau, dans la partie-ouest de la ville de Goma, se clôturent ce mercredi. À l’issue de ces pourparlers, une vision commune et un schéma directeur y sont attendus pour son exécution.

Par Stanislas Ntambwe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *