dimanche, avril 11
Shadow

RDC: la base de Tshikapa soutient la candidature de Modeste Bahati à la présidence du Sénat

Deux jours ont suffit (du 28 février au 01 mars 2021) aux candidats aux différents postes du bureau définitif de la Chambre haute du Parlement congolais de battre leur campagne électorale. C’était une occasion pour eux de convaincre leurs collègues sénateurs pour espérer gagner un poste au bureau définitif du Sénat.

C’est dans cette optique que la base de Tshikapa a apporté son soutient à la candidature unique à la présidence du Sénat, laquelle candidature est portée par l’ancien Informateur de la nouvelle majorité parlementaire, Modeste Bahati Lukwebo.

Pour maître Faustin Kambala, président de la base de Tshikapa et secrétaire national de l’AFDC, parti cher à Modeste Bahati Lukwebo, la candidature unique de son autorité morale “n’est pas une dictature comme d’autres mauvaises langues l’interprètent”. Car, explique-t-il, “ce n’est pas une nomination, étant donné que l’élection se déroulera dans la transparence comme prévoit la constitution“. C’est ainsi que la fédération du Kasaï se range derrière la candidature de Modeste Bahati pour lui apporter une main forte de soutien.

“Vous savez l’image du sénat a été mal vendue dans l’opinion, ce qui avait amené certains à demander même la surpression du Sénat. Cette Chambre haute est une institution de l’équilibre et des sages qui a pour vocation d’attribuer les ardennes de ceux qui sont encore jeunes en politique“, a-t-il estimé.

Faustin Kambala est convaincu que la présence de Modeste Bahati Lukwebo à la tête du Sénat congolais va redorer l’image de cette institution a travers les provinces qui sont entrain de perdre leurs rôles leur confié par la Constitution.

“Nous sommes dans un système où le pouvoir s’exerce en deux paliers: Pouvoir central et celui des provinces. Mais en ce jour, vous sentez que le pouvoir des provinces est entrain d’être noyé pour ce qui se fait au niveau du pouvoir central “, a-t-il martelé. Avant d’ajouter que, les assemblées provinciales n’exercent pas leurs rôles.

“Les députés provinciaux sont laissés à leur triste sort, un petit empiétement de leurs compétences est en train d’être observé. Mais comme le sénat est “l’émanation des provinces, nous pensons qu’avec la présence de Bahati au perchoir du Sénat, on peut restaurer l’image des provinces ; plaider pour le compte des députés, pour le développement et pour le respect des compétences constitutionnelles dues aux provinces. Et de cette façon, de bouster le développement à la base“, a-t-il conclu.

Par Jackie Ngolela

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *