dimanche, avril 11
Shadow

Le projet « Kin Elenda » bénéficie d’un financement à hauteur de 500 millions Usd de la Banque mondiale

La Banque mondiale a approuvé, un financement de 500 millions de dollars en faveur du Projet de développement multisectoriel et de résilience urbaine à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), également connu sous le nom de Kin Elenda. Ce financement alloué par l’Association internationale de développement (IDA), permettra de renforcer les capacités institutionnelles de gestion urbaine et d’améliorer l’accès aux infrastructures et aux services. Il ouvrira également des perspectives socio-économiques à la population de la capitale congolaise.

vue de la ville de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo

« Kin Elenda contribuera à résoudre les difficultés d’accès aux services de base et à réduire l’exclusion socio-économique dans les zones urbaines. Il s’attaquera aussi aux problèmes d’exposition aux aléas climatiques, qui affectent déjà Kinshasa et sont autant d’obstacles à un développement urbain durable », a expliqué Jean-Christophe Carret, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la République démocratique du Congo, le Burundi, l’Angola et Sao Tomé-et-Principe.

Selon un communiqué de la Banque mondiale du 30 mars 2021, le projet « Kin Elenda » profitera aux habitants les plus vulnérables de Kinshasa en améliorant l’approvisionnement en eau et en augmentant la résilience du réseau électrique, en particulier grâce au recours à des énergies renouvelables. Plus de deux millions de personnes, dont 51 % de femmes, bénéficieront directement de meilleurs services, avec par exemple des raccordements à l’eau courante dans les logements, une moindre exposition aux inondations et la création d’espaces verts dans les quartiers de Kisenso, Ndjili, Matete et Lemba. Toutes les composantes du projet viseront à atténuer les inégalités entre les sexes, au moyen d’activités destinées à améliorer la situation socio-économique des femmes et à réduire les violences de genre.

Le projet appuiera également l’amélioration de la planification urbaine et la génération de recettes, participant ainsi au renforcement des services et de la gouvernance. En outre, grâce à des investissements dans l’entretien des infrastructures, des activités d’inclusion sociale et l’élargissement de l’accès à la formation professionnelle, le projet entend accroître le revenu des personnes vulnérables tout en stimulant la croissance et la productivité dans les secteurs prioritaires.

« Compte tenu des immenses défis auxquels la ville doit faire face, ce projet ouvrira la voie à un engagement à plus long terme de la Banque mondiale à Kinshasa, dans le cadre d’une série d’opérations dont le but est d’améliorer les conditions de vie des 9 millions de pauvres qui y vivent », précise Meskerem Brhane, responsable du pôle Développement urbain, résilience et foncier en Afrique de l’Est et australe à la Banque mondiale.

Pour combattre les conséquences de la pandémie de COVID-19, « Kin Elenda » cherche enfin à protéger les pauvres et les personnes vulnérables et à préserver leurs moyens de subsistance en « reconstruisant en mieux », selon une démarche qui s’attache à favoriser une reprise inclusive et accroître la résilience au changement climatique.

Par ailleurs, le financement du projet « Kin Elenda » comprend un crédit et un don de l’IDA d’un montant de 250 millions de dollars chacun.

Par Saint Gabriel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *