dimanche, avril 11
Shadow

Pâques de toutes les attentes

Au pays à la religiosité débordante, point de place au procès en prosélytisme. Evoquer Pâques est dans l’aire du temps. Cette résurrection-miracle du Seigneur Jésus, fondement de la foi chrétienne.

A la lisière de cette commémoration, les Congolais prient pour un autre miracle. Celui de la résurrection de l’appareil gouvernemental. Voici plusieurs mois que le Gouvernement est dans un état végétatif irréversible. Avec comme conséquence la quasi inanition de l’aile gouvernementale du pouvoir exécutif. Donc de l’Etat central.

Emasculée depuis des lustres au profit des cabinets ministériels, l’administration ne pouvant assurer l’intérim comme dans des pays à majorités instables où les crises gouvernementales font partie de l’écosystème. L’Italie, la Belgique, Israël…
Ici, quand le gouvernement est scotché au service minimum, c’est la Présidence de la république qui tient le haut du pavé. On en a eu l’illustration avant l’avènement de l’équipe Ilunkamba. L’expérience s’est soldée -au propre comme au figuré- par le procès dit de 100 jours. En somme, un auto-déballage de la gestion-pas franchement orthodoxe- des chantres du changement radical.

Cette régence qui a coûté la carrière et la santé à l’un des architectes de l’alternance semble à nouveau à l’ordre du jour. La nature ayant horreur du vide occasionné, en l’occurrence, par l’absence d’un gouvernement de plein exercice. Le rapport de l’ODEP sur le dépassement budgétaire (voir notre article en manchette) qui n’est, certes, pas d’une vérité biblique en fait foi.
Serions-nous dans la série “les mêmes causes produisant les mêmes effets” ? Poser la question, c’est y répondre.

Ayant désespéré d’attendre “Godot” -ce personnage de la pièce de théâtre de Samuel Beckett que l’on attend indéfiniment- , ne croyant plus au mirage du “Nzombo le soir” après leur élimination de la Coupe d’Afrique des Nations, les Congolais s’en remettent au miracle pascal.

Que le tandem Fatshi-Sama dise seulement un mot …Et la résurrection sera au rendez-vous.

Par José NAWEJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *